Road trip dans le Péloponnèse #10 : Villas Liodenta à Kardamyli

27/07/2017


Petit recap pour ceux qui découvrent le blog aujourd’hui. Depuis plusieurs semaines à intervalles variables, je livre le récit de mon dernier road trip en famille dans le Péloponnèse. Vous trouverez le programme général ici, puis l’épisode #1 au Coco Mat Hotel, l’épisode #2 avec mes adresses préférées à Athènes, l’épisode #3 et notre départ pour Nauplie avec l’hôtel Perivoli, l’épisode #4 à l’hôtel Kinsterna près de Monemvasia, l’épisode #5 dans la cité de Monemvasia, l’épisode #6 à l’hôtel Kyrimai à Gerolimenas, l’épisode #7 dédié aux environs de Gerolimenas, l’épisode #8 à Areopoli et en particulier à l’hôtel Antares, hier l’épisode #9 avec mes recommandations autour d’Areopoli.



 


 Photographies Lili Barbery-Coulon. En haut la route d’Areopoli vers Kardamyli. En bas Katikies Mani qui je l’admets jouit d’une vue spectaculaire sur la mer avant l’entrée de Kardamyli


Aujourd’hui, on reprend la route : on quitte Areopoli et l’hôtel Antares pour notre avant-dernière destination, la station balnéaire de Kardamyli. La route le long de la côte entre Areopoli et Kardamyli – une heure en voiture - nous a encore époustouflés de beauté. On n’arrêtait pas de répéter dans la voiture : « C’est dingue, ce pays est si beau… ». J’avais réservé deux nuits à Katikies Mani, un genre de maisons d’hôtes où l’on peut louer une maisonnette ou un studio avec kitchenette et vue sur la mer pour la nuit. Pas de room service ni de petit-déjeuner mais un frigo plein et un service de ménage aussi soigneux que dans un hôtel. Les maisons sont situées un peu avant l’entrée de la ville, pile dans un virage sur la route côtière. En arrivant vers midi, on a visiblement réveillé la dame qui gérait l’espace pour ce groupe hôtelier d’Athènes. Elle n’avait aucune trace de ma réservation et a dû aller faire le ménage fissa dans notre chambre en nous faisant attendre près du parking. J’ai regardé le jardin à l’abandon, les serpillères dans les seaux pleins d’eau sale, entendu les voitures fonçant dans le virage à quelques mètres de ma fille. J’ai repensé à l’accueil que nous avions reçu à l’hôtel Antares. La vue spectaculaire sur la mer n’a pas suffit à calmer ma déception et je me suis tournée vers mon mari : « On ne reste pas, je vais trouver autre chose ». Me connaissant, il n’a pas discuté. Il n’avait pas envie de se pourrir les derniers jours de vacances en m’écoutant ruminer sur ce qui ne me convenait pas.






Photographies Lili Barbery-Coulon. En haut : les villas Liodentra, juste en dessous, une promenade dans la vieille ville de Kardamyli, les deux photos en dessous montrent les villas Liondentra


J’ai aussitôt appelé les deux autres lieux que j’avais réservés à Kardamyli pour la toute fin de notre séjour. Nina, la propriétaire des villas Liodentra s’est arrangée en quelques minutes. En attendant de nous installer, elle m’a proposé d’aller déjeuner sur la plage chez Elies, un hôtel-restaurant les pieds dans l’eau qui sert des salades exquises sous les oliviers. On était fou de joie. Le restaurant nous a séduit, l’enthousiasme de Nina était prometteur et la situation de sa maison entourée de grands portails était excitante : quasiment sur la plage !





Photographies Lili Barbery-Coulon. En haut, l’hôtel Elies où l’on peut déjeuner sur la plage, en dessous l’intérieur de notre villa Liodentra


Après le déjeuner, il nous a fallu cinq minutes à pieds pour rejoindre la propriété de Nina, une ancienne avocate reconvertie dans le tourisme. Elle loue trois maisons indépendantes bâties dans le même jardin : une petite maisonnette pour un couple et deux grandes maisons avec deux chambres doubles et de quoi loger deux ou trois enfants dans un salon à l’étage. Toutes ces habitations luxueuses partagent une grande piscine avec transats, et disposent d’un accès direct à la plage ainsi que plein de jeux pour les petits (tourniquets, balançoires…). Les deux grandes maisons ont en prime une immense cuisine, une grande salle à manger, un salon (avec lecteur de DVD, grand écran télé, wifi…) mais aussi une terrasse couverte où l’on peut organiser ses repas à sa guise. De la fenêtre à l’étage, on distingue la plage de Kardamyli, ses arbres et son sable gris. De la salle de bain, on aperçoit les montagnes et la vieille ville transformée en site protégé.





Photographies Lili Barbery-Coulon. Au milieu : le jardin de la villa Liodentra, en haut et en bas : la super randonnée à faire dans la vieille ville de Kardamyli


Nina est une femme aussi accueillante que charmante. Elle nous a suggéré plusieurs promenades et randonnées dans le coin (je vous en reparlerai dans mon prochain post) et j’ai adoré la manière dont elle s’est adaptée à notre arrivée précipitée. Sa propriété ressemble à une villa du sud de la France – la décoration intérieure n’est pas vraiment grecque comme vous pouvez le constater – et le confort dépassait largement nos besoins. Ma fille a adoré cette maison. Elle s’y est immédiatement sentie chez elle, au point qu’il a fallu la prévenir que les vacances arrivaient à leur fin, et que «  non, on n’allait pas s’installer en Grèce pour toute la vie » et que « non, nous n’avions pas les moyens d’acheter la même propriété dans le Péloponnèse, ni même ailleurs »… Pourtant, je dois avouer que cette villa est si confortable que j’ai fini par avoir, comme ma fille, l’illusion qu’il s’agissait de ma maison.




Photographies Lili Barbery-Coulon. Ma fille dans la cuisine de la villa Liodentra, et un petit "pimp my breakfast" que je me suis préparée à Liodentra


Chaque matin, une équipe dédiée au ménage, au jardin et à la piscine s’occupent de tout remettre en ordre. Comme j’ai pris Nina de court, elle n’a pas pu nous faire préparer notre petit-déjeuner. En général, elle remplit le frigo afin qu’on puisse se servir le matin (c’est compris dans le tarif à la nuitée) et se plie aux exigences de ses clients s’ils veulent qu’on leur prépare à déjeuner ou à diner (ce qui est en supplément). Pas de baignoire dans la salle de bains car l’eau est précieuse dans la région. Nina a même fait installer une énorme réserve d’eau car elle en avait marre que la municipalité coupe brusquement les vannes pendant que ses clients prenaient leurs douches le soir (très fréquent dans cette région).





Photographies Lili Barbery-Coulon. En haut, l’église dans la vieille ville de Kardamyli, au milieu et en bas, la jolie randonnée dans la vieille ville de Kardamyli


Sans reprendre la voiture, je vous recommande d’aller vous balader dans la vieille ville située juste derrière la maison, il y a une très belle promenade à faire jusqu’en haut d’une petite église, ça fait une grande boucle. Demandez à Nina ou aux gens du village de vous dire comment vous y rendre. Ca grimpe pas mal, mais le chemin est facile. Notre fille a passé toute la randonnée à inventer des poèmes pour oublier la montée, j’en garde un souvenir magique. Attention aux températures : même en avril, on a eu très chaud, donc prévoyez cette ballade le matin tôt ou au soleil couchant avec les jambes recouvertes de répulsif anti moustiques (ces insectes sont redoutables…). Et puis, profitez-bien de la plage à quelques pas de la maison. Je suis allée méditer à l’aube chaque matin et chaque coucher de soleil m’a éblouie. D’autant qu’on était seuls ou presque. Seul bémol en avril : la température de la mer, moins fraiche qu’en Bretagne en plein été, mais pas vraiment chaude non plus. Enfin, à 100 euros la nuit pour deux dans cette villa de rêve (hors juillet et août dans la plus petite maison), Liodentra reste l’un des meilleurs plans de notre voyage et je le recommande vivement aux familles même si la piscine n’est pas fermée par une barrière.





Photographies Lili Barbery-Coulon. La plage de Kardamyli (et ma super combinaison rose Madewell) et tout en haut l’une des vues du petit port de Kardamyli où il y a beaucoup de restaurants de poissons délicieux


Prochain épisode : plein d’idées pour occuper vos journées à Kardamyli et tout autour


Liodentra, Paralia Ritsa, Kardamyli, Tel : +30 697 758 8594, email : info@liodentra.gr, Page Facebook, 300€ la nuit (hors juillet et août) pour 5 personnes (deux chambres doubles, une chambre simple, deux salles de bain, possibilité de rajouter un lit bébé dans l’une des chambres parentales), 350€ la nuit en juillet et en août. 100€ la nuit pour deux dans la maisonnette hors juillet et août, 120€ la nuit en juillet et en août (super super super plan du coup !), accès à la piscine pour tout le monde, frigo rempli pour le petit déjeuner inclus dans le tarif + machine nespresso à disposition + produits de beauté fournis dans la salle de bain… Le rêve !