Hotel Henriette à Paris

23/10/2015


Avant de vous parler de ces images qui me mettent en joie, je veux vous dire combien vous me manquez et combien il m’est difficile de ne pas vous écrire plus souvent en ce moment. Le spécial beauté de M le magazine du Monde sort dans deux semaines et j’ai encore beaucoup, beaucoup à faire avant de pouvoir reprendre mon rythme habituel sur Ma Récréation. D’autant que lorsque j’ai une seconde à moi, elle est immédiatement absorbée par le chantier de mon futur appartement dont j’ai l’impression d’être enceinte depuis 10 ans (la fille qui exagère à peine). J’ai tellement hâte de partager avec vous les posts déco à venir… En attendant, je pense fort à vous et je vous livre des petites nouvelles sur Instagram ou Facebook dès que je peux.



La semaine dernière, un copain new-yorkais m’a demandé de lui trouver un bon plan pour dormir à Paris en novembre. J’ai de nombreux amis à l’étranger qui me posent régulièrement cette question et je me sens toujours un peu idiote de ne pas savoir mieux y répondre. C’est comme lorsqu’on me demande où il faut absolument aller diner à Paris… je mets toujours quatre plombes à répondre. Sans doute mon côté mamie qui aime retourner au même endroit à chaque fois. J’aurais pu lui conseiller d’aller faire un tour sur Airbnb où on trouve plein de bons plans. Mais j’ai miraculeusement pensé à cet hôtel ouvert il y a quelques mois dans le 13e arrondissement, à quelques rues du journal Le Monde.




Je ne fais pas partie de ceux qui adorent le 13e. Bien sûr, on y trouve de nombreux restaurants asiatiques absolument délicieux. Il y a la Butte aux Cailles et son petit italien Les Cailloux chez qui tous les journalistes du Monde organisent leurs déjeuners professionnels. Le quartier des Olympiades où est shooté un grand nombre de séries mode et beauté. Les explorations architecturales autour de la Bibliothèque François Mitterand qui aimantent les curieux. N’empêche, je reste hermétique au charme de ce quartier qui ne présente qu’un seul avantage à mes yeux : être niché entre le 14e (Fondation Cartier et pâtisserie Chez Bogato, l’épicentre de ma gourmandise) et le 5e où je garde des souvenirs merveilleux de mes études supérieures et de mes années lycée puisque l’une de mes meilleures amies vivait rue Saint Jacques. Or, même si ce quartier est l’un des derniers à conjuguer un prix abordable au mètre carré avec une ambiance familiale et agréable, il reste à l’abandon. Contrairement aux 9e et 10e arrondissements qui ne cessent de se métamorphoser, le 13e reste immobile.



Mais tout ça va peut-être changer avec l’arrivée d’une pépite. Un lieu dont je voulais vous parler cet été mais qui est passé à la trappe au fil des réunions de chantier : l’Hôtel Henriette. Entièrement décoré par la propriétaire Vanessa Scoffier, cet espace a de quoi mettre les épingleurs de Pinterest en transe. Ex-styliste mode pour de grands magazines féminins comme Elle ou Marie-Claire, cette trentenaire a tout lâché pour donner vie à cet hôtel. Du sol au plafond, c’est elle qui sans l’aide d’un architecte ni d’un décorateur a imaginé une histoire différente pour chaque pièce. Aucune chambre n’est identique à l’autre et j’aurais bien du mal à choisir celle que je préfère tant elles me plaisent toutes.




En sélectionnant ces photographies d’Hervé Goluza, je m’aperçois que nous avons beaucoup de goûts en commun avec Vanessa Scoffier : je n’ai pas pu visiter cette chambre rose pourtant il me semble que j’ai acheté le même papier peint pour la chambre de ma fille (je vous en reparlerai quand ce sera prêt)


Chineuse passionnée, Vanessa a passé des mois à trouver les lampes, les accessoires, le carrelage, les coussins, et tous ces détails précieux qui offrent à l’hôtel une touche si personnelle. Quand je pense que je suis noyée par la rénovation de mon appartement, je n’ose imaginer l’état du cerveau de Vanessa pendant les travaux. D’autant qu’elle a ouvert une partie de son hôtel tout en finissant certaines chambres. Dans un milieu ultra masculin, où les agents immobiliers, les courtiers, les banquiers et les hôteliers ont vite fait de se moquer d’une fille avec autant d’ambition, Vanessa Scoffier a réussi un véritable exploit.



Photographies Hervé Goluza : sur ces images la salle du petit déjeuner


Je n’ai qu’un seul regret au sujet de cet hôtel : il ne dispose pas de restaurant pour déjeuner le midi ou diner le soir. On peut cependant s’y rendre pour boire un thé (on est toujours bien accueilli) mais ne vous attendez pas à une réception de l’envergure d’un palace : il y a un canapé et quelques fauteuils à l’entrée (accompagnés de bonne lecture by the way puisque le M y figure en pole position), une petite cour au fond qui accueille deux ou trois tables les beaux jours et une cuisine pour petit-déjeuner. Cet été, j’y suis allée pour petit-déjeuner justement et je vous le recommande vivement lorsque le printemps sera de retour. L’offre gustative mériterait un peu de #pimpmybreakfast (en même temps, je suis archi difficile en matière de petit-déjeuner vu ceux que je me prépare à la maison quand j’ai le temps) mais elle reste bien au dessus des café-trop-noir-croissant-rassis de la plupart des brasseries du quartier.



La petite cour à l’extérieur dont on peut profiter quand il ne fait pas trop glacé (photographie Hervé Goluza)


Et là, c’est le moment de parler du prix. Vous devez sans doute vous dire que pour amortir cette jolie décoration, Vanessa Scoffier a fait grimper les prix au plafond. Pas du tout ! C’est même bien moins cher que le tarif moyen d’un Airbnb à Paris (qui tourne autour de 130 euros la nuit pour un petit studio indépendant). Ici, les chambres commencent à 89 euros la nuit ! Alors, d’accord on n’est pas en plein cœur de Paris, cependant on est à quelques pas du quartier latin et de la sublime église sur la montagne Saint Geneviève, d’un thé à la menthe à la Mosquée de Paris, d’une promenade au zoo du Jardin des Plantes et d’une virée shopping chez Tang Frères place d’Italie. Evidemment, j’espère que l’arrivée de cet hôtel va attirer d’autres commerces de ce genre dans le 13e...



Photographie Hervé Goluza : Et à l’hôtel Henriette, ça sent bon la feuille de figuier de Diptyque


Hotel Henriette, 9 rue des Gobelins, Paris 13e, Tel : +33 1 47 07 26 90, à partir de 89€ la chambre simple, 109€ la chambre double, 169€ la chambre communicante pour une famille de quatre. Et 10€ le petit-déjeuner par personne (qui est offert la première nuit si on réserve en ligne). Qui dit mieux à Paris ?