Greenwich Hotel à New York

22/02/2017


Hier, je vous donnais mes bons plans pour partir à New York en mode low cost. Aujourd’hui, je préfère vous prévenir : ce post va ruiner vos économies ! Je rêvais de m’offrir une nuit au Greenwich Hotel, un lieu ouvert en 2008 dans le quartier de Tribeca, au sud de Manhattan. J’ai profité du prétexte de cette semaine de boulot pour enfin aller tester cet hôtel qui appartient, en partie, à l’acteur Robert de Niro. J’adore cet endroit. Moins connu que le Standard, le Mercer ou le Bowery, le Greenwich est cependant déjà culte. Sans doute grâce à la renomée de son propriétaire et aux personnalités qu’il attire (il n’est pas rare d’y croiser Jennifer Anniston ou Miley Cirus même si je ne les ai pas aperçues pendant mon séjour). Décoré avec les peintures signées du père de De Niro, cet hôtel ressemble à une maison de famille. Les sols dans l’entrée ont été inspirés par ceux d’un palais italien du XIVe siècle, les miroirs ont été fabriqués avec du verre issu du Flatiron Building (le célèbre immeuble de la 23e rue) et la grande cheminée dans la salle à manger du restaurant appartenait à De Niro. L’un des vestiges sauvé dans son ancienne maison après qu’elle ait pris feu. Chaque chambre y est différente, les salles de bain varient elles aussi et l’hôtel dispose d’une cour en briques rouges débordant de plantes vertes : un oasis lorsque les températures commencent à grimper l’été. En prime, le Greenwich est connu pour son spa japonais au sous-sol ainsi qu’une piscine sublime ouverte aux clients de l’hôtel. Quel pied d’aller faire des longueurs dans une eau à 30 degrés pour se défaire du jet lag ! Le luxe absolu. Visite.




Photographies Lili Barbery-Coulon


Au rez-de-chaussée l’espace se déploie autour d’un lounge donnant sur Greenwich Street et d’un autre salon à l’abri des regards où l’on s’assoit autour d’une cheminée en regardant la petite cour fleurie à travers les baies vitrées. Ce jour-là, aucune fleur visible à l’extérieur, la tempête de neige les ayant ensevelies la veille. Un peu plus loin, au fond du premier lounge rempli de canapés à rayures et de banquettes en velours vert (je crois que je n’ai pas vu un seul café sans un fauteuil décliné dans cette matière à New York !), une porte mène au restaurant de l’hôtel : Locanda Verde. L’espace est idéal pour aller prendre son petit-déjeuner et il n’est pas réservé aux clients de l’hôtel. Le soir, il est d’ailleurs blindé de new-yorkais qui viennent y dîner ou boire des cocktails au bar. Pour mon premier petit-déjeuner après une nuit blanche, j’avoue que j’étais complètement barbouillée par le jet lag, du coup, ma photo de porridge ne va probablement pas vous faire rêver mais c’est le truc qui rassurait le plus mon estomac ce matin-là. Evidemment, le menu déborde de propositions #pimpmybreakfast à l’instar du traditionnel granola aux fruits rouges ☺.






Photographies Lili Barbery-Coulon. Le restaurant Locanda Verde à l’intérieur de l’hôtel Greenwich Hotel


Les 88 chambres ressemblent à de petits appartements indépendants. Même les plus petites disposent de canapés et de tables basses en plus de lits gigantesques dont les draps de coton sont si bien repassés que ça crisse quand on se glisse à l’intérieur pour se coucher. Dans les salles de bains, à l’esprit marocain ou minimaliste avec du marbre de carrare du sol au plafond, on retrouve une jolie marque bio : Red Flower. J’ai connu ce label cosmétique il y a une éternité puisqu’elle était vendue chez Parfumerie Générale, un ancien concept-store beauté Parisien disparu en 2004. Le mini bar est compris dans le prix de la chambre (sauf les boissons alcoolisées) ainsi que le panier de junk food déposé à proximité du lit… Il y a même un saladier plein de mini mars et de mini snickers sur la table basse devant le canapé, et des options plus raisonnables comme des paquets d’amandes ou des barres de céréales... Bienvenue aux Etats-Unis, le pays de la tentation calorique haut débit  !






Photographies Lili Barbery-Coulon. Ma chambre et ma salle de bain marocaine chic (la taille du lit !!!!)


A chaque fois que je dors dans un hôtel qui me plait, je demande à visiter d’autres chambres. N’hésitez pas à faire la même chose. Si vous êtes timide, vous pouvez toujours prétexter un truc du genre : « Je voudrais faire un cadeau à mes parents pour leur anniversaire de mariage et j’aimerais voir vos plus beaux espaces ». Avec la fashion week, l’hôtel était quasiment complet, du coup, je n’en ai vu que trois en plus de la mienne. Mais le penthouse au dernier étage, avec cuisine, chambres en duplex, salon et cheminée valait le coup d’œil ! Si j’étais attachée de presse, je crois que j’organiserais immédiatement un événement dans cet espace, c’est spectaculaire !






Photographies Lili Barbery-Coulon. Une variété de chambres où piquer des idées déco


Enfin, au sous-sol, la piscine est ouverte de 6h à 22h. Je n’ai pas testé la salle de sport (très classique) ni le spa Shibui (je ne pouvais pas tout faire !) mais je ne me suis pas privée du hammam privé installé dans les vestiaires des femmes. Inutile de se rendre à la piscine armé de sa trousse de toilettes, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin dans les vestiaires : déodorant, gel douche, crème pour le corps, peignes jetables, rasoirs, démaquillants, sèche cheveux…






Photographies Lili Barbery-Coulon. L’un des deux penthouses disponibles au dernier étage de l’hôtel. Une pure folie des grandeurs.


Un hôtel ruineux mais sublime (enfin il serait encore mieux si le prix de la nuit était divisée par deux) dans un quartier à voir absolument. Si vous n’avez pas les moyens d’y dormir, contentez-vous du bar, il est devenu incontournable. Dans le coin, allez donc faire un tour chez Ten Over Ten pour une manucure sophistiquée, chez Bubby’s pour un petit-déjeuner typiquement américain avec des œufs et des galettes de pomme de terre ou encore des gaufres bien gourmandes. Pour déjeuner healthy dans le quartier, traversez la rue vers Smith and Mills, un petit café dont je vais vous livrer l’adresse dans quelques jours... Pas très loin non plus, faites un tour chez The Little Park, un restaurant génial pour des petit-déjeuners raffinés ou encore la salle de gym de Taryn Toomey, The Class sur Park Place (je vais y dédier un post, c’est promis) !






Photographies Lili Barbery-Coulon (je pense toujours à ceux qui sont en train de refaire leur salle de bain quand je photographie ces lieux. Je me dis que ça peut toujours servir d’inspiration !)


A partir de $625 la nuit pour deux personnes en chambre double (le tarif pour dormir chez De Niro :-), je sais, c’est cher mais c’est dingue. Mais c’est cher. Mais c’est dingue ☺, le Greenwich Hotel (qui fait partie du groupe The Leading Hotels of The World, un gage de qualité) est situé 377 Greenwich Street, New York, NY 10013, Tel : +1 212 941 8900. $15 le granola aux fruits rouges, $19 les pancakes à la ricotta et au lemon curd au restaurant Locanda Verde