Yelp me please !

16/05/2011

Vous avez peut-être déjà remarqué ces stickers qui fleurissent sur la porte d’entrée des magasins aux Etats-Unis ou en Angleterre ? Yelp n’est pas un label issu d’un énième guide du routard local mais un site internet en passe de coloniser la planète. Né en 2004 à San Francisco, le concept est ultra efficace : proposer aux internautes de critiquer et de noter eux-mêmes les lieux qu’il fréquente au quotidien. Du charcutier au restaurant japonais, du pédiatre à l’institut de massage, tout y passe à condition d’avoir une adresse postale. En quelques mois, Yelp a réussi à se répandre dans toutes les grandes villes américaines, puis en Europe, et a débarqué à Paris il y a pile un an. A la tête de la version française, Zeva Bellel, journaliste de formation, new-yorkaise au goût sûr expatriée à Paris il y a plusieurs années et créatrice de Paris By Appointment Only (un blog qui recèle de trésors parisiens, à découvrir sur rendez-vous uniquement) a bien l’intention de yelpiser nos habitudes. « La force de Yelp ne tient pas seulement de la liberté d’expression dont chaque membre jouit mais de l’aspect communautaire, dit-elle. C’est le seul guide en ligne où l’on peut obtenir des informations sur la personne qui donne son avis et voir si l’on a suffisamment en commun avec elle pour l’écouter. » Un genre de guide transversal à mi chemin entre facebook et twitter ? « Pas seulement, répond-elle. Yelp organise des événements, des happy hours, et même des soirées pour sa brigade Elite, qui réunit nos membres les plus actifs. » En attendant d’obtenir ce statut, Yelp fêtera bientôt son premier anniversaire en juin. Une « Open Party » parisienne à laquelle tous les yelpeurs seront invités. Avis à ceux qui ont toujours rêvé de publier leur opinion sur le sandwich pourri de la boulangère du coin…