Qu’est-ce que tu fais pour les vacances ?

28/07/2017


Si vous êtes nés avant 1987, il y a de grandes chances pour que le titre de cet article vous colle un tube pourri dans la tête pour le restant de la journée… Ne me remerciez pas, c’est cadeau ☺. Les « grandes vacances » arrivent pour moi. Je n’ai jamais cessé de les appeler ainsi depuis que j’ai quitté la Fac, quelle que soit leur durée. Si vous voulez savoir ce que j’emporte dans ma valise, allez sur le site Sezane. Dans leur section Journal, vous trouverez une interview de moi (voici le lien) dans laquelle je donne quelques conseils pour l’été. Une chose est sûre, je vais repartir avec un wagon de Daylong dans mes bagages. J’adore cette crème solaire ultra fiable et leur version brume invisible pour le corps est démente. Elle sèche immédiatement et tient vraiment bien. Pas du tout bio, pas du tout naturel, mais je la tolère bien (contrairement à d’autres produits plus naturels auxquels j’ai fait pas mal de réactions), toute ma famille aussi, elle ne laisse pas de film blanc épais et son spectre de protection est vraiment élevé dans la durée. Il y a plein de brumes invisibles cette année, ou de gelées protectrices. Si vous êtes en quête de naturalité, n’allez pas dans cette direction : plus la texture est moderne, évanescente, étonnante, moins il y a de chances qu’elle soit bio ou 100% naturel (il y a des exceptions mais elles sont rares). Le soir, surtout, quel que soit le produit utilisé et même si vous ne vous maquillez pas et que vous êtes dans un environnement non pollué : nettoyez-vous le visage scrupuleusement (j’utilise l’été la crème émulsionnante de Joëlle Ciocco, que j’aime beaucoup moins que son lait onctueux capital mais sa texture qui s’agrippe décolle vraiment bien les filtres). Il n’y a rien de pire que des particules de filtres qui dorment toute la nuit avec votre peau. Et puis, en fin de journée ou le matin tôt, quand le soleil est doux, n’hésitez pas à sortir la peau nue. L’idée n’est pas de vous faire griller comme une chipolata à 12h pile. Mais plutôt de synthétiser de la vitamine D quand les rayons rasent la surface de la terre. 


Voici ce que je compte embarquer dans ma valise de l’été 2017, seul moment de l’année où j’ai le temps de me crémer de la tête aux pieds. Et puis, je m’apprête à faire un voyage très particulier et je vais avoir besoin de senteurs réconfortantes…



Photographie Lili Barbery-Coulon


BODY
De gauche à droite et de haut en bas :


Savon parfumé Iris d’Olivia Giacobetti pour Frédéric Malle : C’est probablement le savon le plus élégant sorti en 2017. Ce produit est d’un luxe fou… et si vous aimez l’iris, vous allez être comblés. En plus, ça parfume le linge dans la valise.
 


Mousse à raser Vetiver Extraordinaire de Dominique Ropion pour Frédéric Malle : Je ne sais pas vous mais moi j’utilise un rasoir pour mes jambes et mes aisselles (je ne suis pas très poilue et contrairement à ce qu’on dit toujours, mes poils n’ont jamais repoussé en plus grand nombre ou plus épais). Du coup, j’embarque ce tube de mousse à rasser au vétiver, plus chic, c’est pas possible. 


After Sun Gel moisturizing de Suzanne Kaufmann : J’adore cette marque qui fait de gros efforts sur ses formulations. Ils viennent de lancer une gamme solaire que les concept-stores Oh My Cream m’ont envoyée. Question solaires, je n’ai pas confiance dans les marques bio ou naturelles (j’ai eu trop de soucis mais je ne renonce pas à trouver le produit idéal), en revanche ce gel frais après solaire est divin. Sur le site d’Oh My Cream, il est sold out mais ça va revenir !


Base lavante douce Bigarade de Jean-Claude Ellena pour Frédéric Malle  : je vous ai déjà parlé de ce produit que j’adore et de ce parfum (ainsi que du parfumeur que j’admire). C’est ma madeleine de l’été et je me dis que cette senteur zestée ne peut pas attirée les moustiques. Ca ne signifie pas qu’elle les éloigne, mais c’est déjà mieux qu’un parfum floral ou sucré.


Hair and Body Wash de David Mallett : J’adore ce coiffeur. J’adore les produits qu’il a créés. C’est un maniaque de la formulation naturelle et je connais la personne qui imagine ces compositions vertueuses, j’ai rarement rencontré une personne aussi exigeante ! Ce gel sent la bergamote et s’utilise sur le corps et les cheveux. Trop hâte de tester !


Parfum Kabuki Bal d’Afrique de Byredo  : Mais qu’est ce qu’ils sont malins chez Byredo ! Ils ont décliné leurs parfums en poudre, une technologie déjà bien connue. Sauf qu’au lieu de les loger dans de gros poudriers peu pratiques, ils ont utilisé les derniers packagings conçus pour le maquillage. On clique et le parfum sec apparaît. Juste parfait.


Coconut Cream, Body Scrub + Bath Soak de Menos Mas : je collectionne les gommages mais je ne les utilise jamais. Cependant, je suis folle de celui-ci à l’huile de coco et aux sels de la mer morte. Je l’ai découvert grâce à Birchbox et son parfum est addictif. J’imagine que je pourrais m’en fabriquer un seul… mais cette version est vraiment bien fichue !


Dentifrice d’Aesop : c’est le produit d’hygiène qui va faire fureur à la rentrée. Il sera distribué à partir de mi août au prix de 14€. Hyper cher pour un dentifrice. Et en même temps, c’est le petit cadeau que je ne vais pas cesser d’offrir dans les mois qui viennent. Il a un goût délicieux, il est clean dans sa formulation (enfin, dans tous les cas, on n’est pas sensé avaler la mousse de son dentifrice donc détendons-nous un peu sur la question) et la couleur du tube suffit à me rendre heureuse chaque jour dans ma salle de bain. Je sais, c’est ridicule, mais j’assume ma futilité. 


Tata Harper Redefining Body Balm : je suis dingue de cette cire de plantes qui fait des miracles sur les zones sèches.

Bain de bouche d’Aesop : J’ai reçu ce mini bain de bouche en cadeau à la fête du 300e numéro de M le magazine du Monde mais je sais qu’il fait parti de nombreux coffrets de voyage. J’adore ce produit. Il fait vraiment une super bonne haleine qui dure longtemps. Un joli cadeau à faire à ses voisins dans l’avion ☺

Résurrection des mains sans rinçage d’Aesop  : je glisse ce gel hydro-alcoolique partout où je vais pendant mes vacances. Rien ne remplace un bon lavage de mains à l’eau et au savon. Mais quand on n’a pas la possibilité de se nettoyer correctement les mains, c’est mieux que rien. En prime, ça sent bon et la formule n’est pas toxique pour la peau. 


Déodorant bio crème de Soapwalla : Je me répète et je vous en parle souvent… mais après avoir encore testé des dizaines de déo cette année, je reviens toujours vers celui-ci. Je ne suis pas dingue de l’application (c’est un baume et donc il faut l’étaler sous les aisselles), je préfèrerais un stick ou un spray. Mais il marche bien et j’aime l’état d’esprit de cette marque de Brooklyn, la créatrice est très inspirante.

Crème pour les mains au beurre d’Iris d’Olivia Giacobetti pour Frédéric Malle : J’adorerais être cette fille soignée qui pense toujours à se mettre de la crème pour les mains… mais je suis un peu souillon avec mes extrémités, elles sont toujours desséchées. Cependant, le parfum de cette crème est si élégant que je ne peux pas m’empêcher d’en appliquer. Enfin, j’y vais mollo, vu le prix du tube : j’ai tout le temps l’impression que je suis en train de m’étaler de l’or pur sur les paumes.



SKIN
De gauche à droite, de haut en bas :


Crème émulsionnante, nettoyant ultra doux complet de Joëlle Ciocco  : Joëlle Ciocco recommande un double passage de votre nettoyant habituel chaque soir pendant vos vacances (sauf bien sûr si vous restez enfermés et que vous ne vous exposez pas au soleil et que vous n’avez donc pas besoin de filtres solaires). Elle va me gronder, mais je me contente d’une seule fois. Néanmoins je suis très consciencieuse (je sens qu’elle va quand même me taper sur les doigts…)


Eau thermale d’Avène : J’adore cette eau thermale. J’ai plusieurs bombes de différents formats qui me suivent dans tous nos voyages. Je m’en sers en petit format dans l’avion pour lutter contre l’air trop sec. Je me rince le visage avec lorsque je sors de l’eau de mer (le sel me gratte et m’agresse la peau). Je réveille mon visage avec, le matin. Je termine toujours un démaquillage rincé à l’eau du robinet avec un pschitt d’eau thermale. L’été, je mets une bombe au frigo pour les soirs de canicule devant une série télé. Et puis, j’adore la marque et ce qu’elle fait pour aider les peaux atopiques ou carrément en souffrance qui n’ont pas vraiment le loisir de se tourner vers le bio et les ingrédients naturels trop allergisants pour elles…


L’Emulsion Régénération Intense de La Mer  : J’ai déjà utilisé deux flacons de cette crème depuis qu’elle a été lancée. J’adore son parfum, sa texture fluide et pourtant très hydratante, son effet sur l’éclat du teint (c’est truffé de pigments réflecteurs de lumière). Si vous êtes dingues de produits bio, autant vous dire que cette crème n’est pas pour vous. Si votre budget est limité, non plus (230€ les 50ml… I know, c’est n’importe quoi). Bon, évidemment, on peut s’en passer et si vous n’avez pas les moyens de ce produit, il y a plein d’alternatives en pharmacies, en parfumeries et en magasins bio, selon vos croyances et vos besoins. N’empêche que cette formule est divine. Point barre.


Lavender all-purpose salve de C. O. Bigelow x Colette  : Ce baume (encore un qui n’est pas bio) à base d’huiles minérales et de lavande est un collector. Comme vous l’avez peut-être appris, la boutique Colette a annoncé qu’elle fermerait ses portes en décembre 2017. Je suis très attachée à ce concept-store qui m’a donné ma chance et appris un métier il y a presque 20 ans. Et cette collaboration exclusive avec l’apothicaire new-yorkais Bigelow est réjouissante. Je m’en sers pour m’hydrater les lèvres.


Lotion P50 W, phase d’initialisation, Lotion douce exfoliante et purifiante pour le visage Biologique Recherche : Je n’ai plus de lotion lactée de Joëlle Ciocco et je n’ai pas eu le temps d’en racheter. En allant chez Biologique Recherche il y a quelques semaines, on m’a proposé de tester cette lotion exfoliante. J’avais déjà testé la P50 classique que j’avais détestée (trop agressive pour ma peau fragile) et je ne crois pas beaucoup dans l’exfoliation quotidienne (bien que plein de dermatos soient en désaccord avec moi sur ce point). Marlène, esthéticienne chez Biologique Recherche a insisté et m’a proposé d’essayer celle-ci, conçue pour les peaux sensibles. Je la mets matin et soir depuis un mois et je dois avouer que ma peau est beaucoup plus nette. Il se peut cependant que ce soit seulement grâce au yoga kundalini pratiqué trois fois par semaine.


Hydrating Floral Essence de Tata Harper : Cette brume d’eaux florales bio est une merveille. Ca sent si bon, je n’arrête pas de m’en vaporiser depuis quelques jours. En ce moment, elle est en train de remplacer mon eau thermale d’Avène qui n’a pourtant pas du tout les mêmes vertus. Je ne suis pas certaine d’avoir bien compris à quoi elle servait (à part me faire plaisir). Mais elle sent si bon que ça me suffit. Attention avec les produits bio ou 100% naturels à bien respecter les dates de péremption : une fois le produit ouvert, respectez le nombre de mois recommandés et ne dépassez pas la date. D’ailleurs, profitez de cet été pour mettre à la poubelle tout ce qui traine depuis trop longtemps – bio ou pas – sur l’étagère de votre salle de bains. Les produits trop anciens sont 1) souvent inefficaces 2) prompts à développer des bactéries… Miam !


Crème douce, crème hydratante visage et corps de Minois : Cette crème me suit partout, elle n’est pas bio mais naturelle et sa créatrice est aussi inspirante que ses produits conçus pour toute la famille. Je n’ai jamais mis de crème sur le visage de ma fille qui a presque dix ans. En revanche, mon mari comme moi adorons cette texture subtilement parfumée, hydratante mais pas collante.


Précieux Cérat de Joëlle Ciocco : Joëlle Ciocco a changé tous ses packagings il y a quelques mois et ils ont malheureusement un petit souci niveau étiquettes : elles ne restent jamais clean bien longtemps. En revanche, les formules restent irréprochables et celle-ci est probablement l’une de mes préférées. Complètement naturelle, cette formule aux cérats de fleurs s’applique sur le visage et les lèvres. Elle sent divinement bon et elle fait des miracles sur les peaux agressés par le froid ou le soleil. C’est mon soin de nuit après une journée dans les Cévennes.


Rose face mask de Fresh  : cette gelée aux pétales de rose n’est pas 100% naturelle. Cependant elle imprègne la peau d’hydratation et d’éclat. On l’utilise en masque quelques minutes le soir, le temps d’une douche. Frais et délicatement parfumé.


Brume invisible Protect & Care SPF 50+  et Fluide matifiant visage SPF 50+ de Daylong  : je vous ai déjà tout dit un peu plus haut. Ce sont mes solaires préférés même si je fais aussi confiance à La Roche Posay, à Sisley et à Lancaster.



Photographie Lili Barbery-Coulon


MAKE-UP


De gauche à droite et de haut en bas :


Haloscope Quartz de Glossier : Je sais. Glossier n’est toujours pas vendu en France alors que je vous bassine avec cette marque depuis sa création. Je vous promets que ça arrive ! La preuve : elle sera vendue à Londres en ligne à la rentrée (plus pratique que New York) et vient juste d’être lancée au Canada. On avance ! J’utilise ce Haloscope sur le haut de la pommette, parfois sur la ligne du nez pour booster l’éclat. C’est pratique et ça marche.


Cloud Paint Beam, Concealer Stretch et Balm dotcom cherry de Glossier : Depuis que je fais du yoga trois fois par semaine, je me maquille peu. D’abord parce que j’ai horreur de me maquiller avant de pratiquer. Ensuite parce que je trouve ma peau de plus en plus belle (probablement les effets des postures drainantes, l’oxygénation des cellules via les respirations intenses, l’élimination des toxines et les mouvements qui agrandissent le champ électro magnétique – comprenez la radiance). Mais j’ai toujours trois produits dans mon sac au cas où je dois avoir l’air impeccable à un rendez vous professionnel : ce blush liquide hyper discret et abricoté. Le concealer stretch Medium de Glossier pour corriger une éventuelle irrégularité du teint (mais il m’arrive souvent de ne pas l’utiliser car je ne suis plus obsédée par mes cernes) et le balm dot com cherry de Glossier à la cerise qui colore légèrement mes lèvres et peut apporter un effet dewy sur les joues.


Mint Balm Dotcom de Glossier  : je vous jure que je ne suis pas payée par cette marque (je ne suis d’ailleurs sponsorisée par aucune marque citée dans ce post) créée par mon amie Emily Weiss. La dernière fois qu’elle est venue à Paris, elle m’a ramenée toute sa collection de baumes pour les lèvres. J’adore celui à la menthe, qui est transparent et légèrement mentholé. Un petit frisson en plein été.


Chachatint, blush liquide joues et lèvres de Benefit Cosmetics : J’ai reçu ce mini blush liquide il y a peu. L’effet est très proche du Cloud Paint de Glossier mais le pinceau permet de doser pile la quantité que le tube de gouache de Glossier. Je ne vais pas emporter les deux en vacances, je voulais juste vous le montrer car c’est une super jolie couleur et ça fait juste un petit voile frais sur les teints hâlés.


Vernis Coral Crush de Dior : Je suis dingue du corail sur les ongles quand vient l’été. Ca me met déjà la tête en vacances. J’aurais aimé avoir le temps d’aller me faire poser cette couleur correctement chez ma manucure de la rue Pierre Fontaine. Mais je m’en occuperai moi même dans l’avion. Mon voisin risque d’apprécier les vapeurs des solvants de mon vernis… ha ha ha !


Lip gloss de Glossier : et rebelotte avec Glossier. Bon ben c’est un gloss transparent. Tout bête. Mais il brille longtemps, il est confortable et je trouve ça super sexy sur un visage nu et bronzé.

Liquid Blush Orgasm de Nars : même remarque que pour le produit Benefit, je ne vais pas emporter trois blushs dans mes bagages, je vous montre celui-ci car j’adore cette couleur rose injectée de pigments dorés. La teinte Orgasm est déclinée en blush classique (poudrier), en rouge à lèvres, en stick aussi je crois… Cette texture est magique car elle permet de bien estomper le voile coloré et d’éviter les démarcations. Je n’ai encore jamais croisé une fille à qui cette couleur ne va pas. Sur les peaux noires comme sur les carnations pâles, c’est juste sublime.


Papier matifiant de Chanel : J’avoue, ce petit carnet de papiers matifiants est un vrai snobisme de ma part. On peut tout à fait s’en passer (c’est d’ailleurs vrai de tout ce que je viens de citer). Mais à l’instar de la crème pour les mains à l’iris de Frédéric Malle, ce petit produit qui absorbe le gras et l’humidité sur le nez et le front me donne la sensation que je suis une créature sophistiquée dont les chemises restent repassées en toute circonstance. Ceux qui m’ont déjà croisée dans mon quartier savent pourtant que c’est loin d’être le cas ☺


Et le Canada alors ?


Si vous me suivez dans mes Instastories, vous savez probablement que je pars au Canada ce weekend. J’ai un attachement spécial à ce pays. Mon père s’y est installé en 1982. J’ai passé mes vacances scolaires à aller le voir à Québec jusqu’en 1988, date à laquelle il a choisi d’aller passer une année en Australie pour écrire un livre compilant les résultats de ses recherches scientifiques sur la libération minérale. Alors que son année sabbatique en Australie s’achevait, il a appris qu’il avait un cancer du cerveau. Il est rentré à Québec pour tenter de se faire soigner. Il est mort en octobre 1989. Je ne l’ai jamais revu après l’été 1988. On m’a dit qu’il ne voulait pas que ses enfants le voient malade. Diminué. Et pour des raisons difficiles à comprendre, aucune cérémonie réunissant ses amis, sa famille et ses enfants n’a été organisée à l’époque. Je me suis promis d’aller à Québec "le voir" chaque année après son décès. Mais j’avais toujours le bon alibi pour ne pas m’y rendre. Pas le temps. Pas l’argent. D’autres projets plus urgents. Cette année, au cours d’une méditation au gong à la fin d’une session de yoga kundalini, j’ai eu l’intuition que j’étais prête et que je pouvais, que je devais y aller. Ce n’était pas une envie. C’était une urgence. Alors j’ai pris des billets sans trop savoir qui allait bien pouvoir me parler de l’homme qu’il était, des lieux qu’il aimait et de ce que nous faisions ensemble lorsque j’allais le voir. Donc, voilà, on y est. Après des soucis administratifs délirants avec l’ambassade du Canada qui me répertoriait comme « résidente permanente » et n’autorisait pas une simple visite cet été (merci merci merci et encore merci à toutes mes lectrices qui ont œuvré, envoyé des emails pour moi à leurs contacts ici ou là ; tout a compté et votre soutien m’a fait un bien fou, d’autant que le contexte émotionnel était chargé, comme vous pouvez l’imaginer), je vais pouvoir m’envoler pour Montréal. J’étais trop bouleversée par le cheminement de ce voyage pour me trouver des hôtels et des activités kids friendly. Du coup, j’ai demandé à l’agence Mon Plus Beau Voyage de m’aider. Emmanuelle Thébaud, co-fondatrice de cette agence, est géniale, à l’écoute des exigences et des contraintes de chacun. Je ne reste qu’une dizaine de jours au Canada, après j’irai m’ancrer dans les Cévennes. Ca va être intense, à tout point de vue. Mais je me sens prête et impatiente. Si vous avez des adresses à me recommander pour déjeuner ou diner à Montréal ou à Québec, n’hésitez pas…


Courage à ceux qui vont travailler au mois d’août, profitez du calme et du désert en ville pour faire tout ce que vous n’avez jamais le temps de réaliser. Et n’oubliez pas que votre tour viendra. Quant aux autres : bonnes vacances ! Lisez, dormez, marchez, cuisinez, plongez, kundalinez… Prenez soin de vous ! Je vais essayer de finir d’écrire les derniers épisodes de mon road trip dans le Péloponnèse et de les publier rapidement et je serai de retour avec plein de posts à vous livrer dès le 29 août ! Si je vous manque trop (ha ha ha) vous pouvez toujours suivre mes aventures sur mon compte Instagram. Happy Summer !