Pimp my breakfast avec Bjorg #2

13/12/2017


Pas de #lilisweeklist cette semaine, je fais ce matin un aller-retour express dans le désert marocain pour un lancement presse – lucky me - du coup, je manque de temps pour vous livrer une sélection de sept merveilles. Néanmoins, j’ai publié lundi un article fleuve sur les parfums qui vous donnera peut-être des idées pour faire plaisir à vos proches en cette fin d’année. Dimanche dernier, j’ai retrouvé les gagnantes du concours #Pimpmybreakfast avec Bjorg chez Otium, la petite cantine bio où je vais déjeuner au moins trois fois par semaine. L’occasion de partager ma maniaquerie du petit-déj mais surtout de mettre enfin un visage sur des pseudonymes Instagram avec qui je noue des amitiés au fil des conversations digitales. Ca fait du bien de se parler IRL ! Je suis si fière de ce lien que nous avons su créer. Partout où je vous croise, dans des salles de yoga, à table, dans la rue, à l’occasion de moments privilégiés comme ce petit-déjeuner ou au hasard d’un trajet de bus, je suis toujours scotchée par la qualité des conversations, par votre curiosité, votre intelligence, vos connaissances, vos ambitions, vos questionnements. J’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup de chance d’avoir un lectorat pareil. Et ce qui me touche encore plus, c’est d’entrevoir des amitiés naitre aussi entre vous. A force de vous répondre sur Instagram, Facebook ou dans les commentaires de ce blog, certaines finissent par se reconnaître en l’autre et des rendez-vous dans la vie réelle s’initient. Je trouve ça magique. Exactement l’inverse de ce que les réseaux sociaux savent générer de pire.


Photographie Bastien Coulon


Comme promis sur Instagram, voici les recettes que j’ai imaginées pour cet événement. La marque Bjorg m’avait fait livrer la semaine précédente une tonne de produits bio délicieux. J’en connaissais certains. Mais l’offre diffère vraiment d’une surface à l’autre et j’ai découvert une dizaine de boissons végétales que je n’avais jamais eu l’occasion de goûter jusqu’ici. Voici donc quelques recettes pour « pimper » vos petits-déjeuners ou vos goûters de décembre, faire plaisir à ceux que vous aimez si vous avez la chance d’avoir bientôt quelques jours de congés. Les jours sont si courts et la météo si déprimantes en ce moment qu’on manque parfois d’idée, d’énergie et d’envie pour se faire plaisir le matin sans passer par la case croissant au beurre/chocolat chaud (je les adore et je ne les ai pas exclus de mon alimentation mais je ne les consomme pas au quotidien).



Photographies Bastien Coulon (vous me l’avez demandé sur Instagram : je porte un t-shirt Patine)


Muesli au curcuma toasté au four
Cette recette est beaucoup plus légère qu’un granola caramélisé ou gavé d’oléagineux. J’adore les noisettes, les amandes et les graines de tournesol, cependant, bien qu’elles soient pleines de très « bon gras » pour nos cellules, elles restent archi caloriques. J’ai remarqué que beaucoup de personnes ont remplacé leur addiction aux sucres rapides par une surconsommation d’amandes et d’avocats. Comme dirait une masseuse japonaise que j’adore : « un petit peu de tout, c’est le seul secret de la bonne santé ».
J’ai préparé un énorme saladier ; divisez les quantités selon vos besoins et n’hésitez pas à goûter en cours de route si vous ne trouvez pas ça suffisamment sucré (je me sers des fruits frais ajoutés à ce muesli pour puiser le goût sucré qui me convient).
Ingrédients pour un grand saladier
500grs de flocons d’avoine complète Bjorg
100grs de noisettes bio concassées (ne les hacher pas trop menues)
100grs d’amandes bio concassées
50grs de graines de courge bio
30grs de graines de sésame bio
1 grosse cuillérée à soupe de poudre de curcuma (sur le site Curcumabox, merci pour l’inspiration !)
1 cuillérée à soupe de cannelle
2 cuillérées à soupe de sirop d’érable bio (facultatif)
90grs de compote de pomme bio (vous pouvez en mettre un peu plus pour remplacer le sirop d’érable)
3 cuillérées à soupe d’huile de coco vierge bio (ça parfume délicatement)
+ une grosse poignée de baies de goji (ou de raisins secs) à mettre comme les épices après la cuisson.
Préparation : Préchauffez le four à 150°C. Mélangez tous les ingrédients dans un saladier (en dehors des épices et des baies de goji). Etalez le mélange sur une plaque de cuisson et passez au four 15 minutes. Retournez les céréales et laissez au four pour 15 minutes supplémentaires à 150°C également. Sortez la plaque du four, ajoutez les baies de goji et les épices, mélangez et laissez refroidir. Dégustez avec un yaourt, des fruits frais ou une boisson végétale de votre choix (chez Bjorg, ils disposent d’une gamme gigantesque).


Photographie Bastien Coulon. Vaisselle et cahiers Astier de Villatte. Mon petit bracelet "sat nam" est une création sur mesure de bbuble)
 


Energy balls au muesli chocolat sans gluten
Il y a mille façons de préparer des energy balls, ces petites boules bien denses qui remplacent aisément une barre chocolatée. Attention à leur composition : il arrive que ces mignonneries soient truffées de sucre (sous forme de sirop d’érable ou de miel) et d’huile. Les miennes sont une bonne alternative aux truffes au chocolat qu’on risque de vous proposer à Noël. Elles sont toutes petites car je n’arrive jamais à finir les balles de golf proposées dans les restaurants vegan.
Ingrédients pour une vingtaine d’energy balls
15 dattes bien moelleuses
une petite poignée d’amandes
une petite poignée de noisettes
une cuillère à soupe d’huile de coco (pour que le mélange soit fluide)
un peu de muesli chocolat sans gluten de Bjorg
Préparation : Mixez tous les ingrédients (sauf le muesli) à l’aide d’un hachoir puissant. Roulez des petites balles de la taille d’un calot dans le creux de la main. Roulez ensuite chaque boulette dans du muesli au chocolat sans gluten de Bjorg. Miam ! Idéal après une grosse séance de sport.



Photographies Géraldine Couvreur. Les energy balls dont la recette est ci-dessus


Porridge à froid et à la fleur d’orange
J’adore le porridge et j’aime aussi les bircher muesli suisses qui massèrent au frigo toute la nuit. Du coup, j’ai fait un mix des deux. Les flocons de céréales vont gonfler toute la nuit et seront beaucoup plus digestes le lendemain matin.
Ingrédients pour une dizaine de personnes
200grs de Porridge 3 céréales Bjorg
2 pommes bio râpées
1 grosse poignée de noisettes bio
une cuillérée à soupe de pollen de fleurs
2 à 3 cuillérées à soupe d’eau de fleur d’oranger
du lait d’amande sans sucre ajouté Bjorg (je n’ai pas noté la quantité mais voici mon conseil : ne noyez pas les céréales, allez-y par étapes, vous allez observer les céréales absorber les liquides et se gonfler, il faut donc que la préparation reste souple sans être trop liquide)
Préparation : versez les flocons de céréales dans un grand saladier, ajoutez les pommes rapées, les noisettes grossièrement hachées, l’eau de fleur d’oranger (je n’aime pas quand la saveur de la fleur d’oranger est trop puissante mais goûtez et rajoutez-en si ce n’est pas assez fort pour vous), le pollen et le lait d’amande (par étape !). Placez le saladier au frigo pour la nuit. Si vous trouvez le mélange trop sec avant d’aller vous coucher, ajoutez du lait d’amande (ou même de l’eau pour un résultat un peu moins calorique et tout aussi savoureux) et mélangez ! Le lendemain matin, servez le porridge frais dans un bol avec des fruits frais, une cuillère à café de miel si ce n’est pas assez sucré pour vous. J’aime bien y ajouter une cuillère à café de poudre de matcha et des framboises fraiches quand c’est la saison.



Photographies Bastien Coulon. On aperçoit debout la divine Kaitlyn de chez Otium
 


Smoothie açaï fruits rouges
J’écris « smoothie » car il s’agit bien d’une purée de fruits mixés avec du lait végétal, mais le résultat est un peu épais et c’est volontaire : je ne bois pas ce mélange. Il remplace le yaourt avec lequel j’accompagne mon granola habituel. C’est une super base, très colorée, sur laquelle vous pouvez disposer des fruits frais, vos céréales préférées, de la noix de coco râpée ou des graines de chia…
Ingrédients pour une personne
Une poignée de fruits rouges (comme il n’y en a plus, j’achète la salade de fruits rouges de Picard que je ne fais pas dégeler)
Une banane que je mets au congélateur la veille
Un petit verre de lait d’amande sans sucre ajouté de Bjorg
Une cuillère à café de poudre d’açaï (en magasin bio)
Préparation : Mélangez tous les ingrédients dans un blender conçu pour résister aux glaçons (le mien qui s’appelle Nutri Boost vient de chez Russel and Hobbs et je l’adore). Si vous n’avez pas le temps de mettre la banane au congélo, pas de problème : les fruits rouges surgelés devraient vous apporter l’effet "sorbet" recherché. Vous pouvez aussi ajouter une cuillère à soupe de cacao cru. Moi je ne suis pas fan, mais c’est généralement ce qu’on trouve dans les cantines « healthy » qui servent des açaï bowls. Versez le mélange dans un bol et parsemez de fruits frais et secs, de graines de chia et/ou de mon super muesli au curcuma cité plus haut.
 



Photographie Bastien Coulon en haut, Photographie des biscuits tout coco par Géraldine Couvreur


Biscuits tout coco sans gluten
Je ne mange pas de gâteau sucré au petit-déjeuner. Pas parce que je m’en prive, mais juste parce que ça ne me fait pas envie au réveil. Cependant, ces petits biscuits sont assez peu sucrés. Il en restait après le petit-déjeuner de dimanche et avec un chai tea à l’heure du goûter, je les trouve parfaits (la fille qui a le sens de la mesure… pour équilibrer mon propos, je dois vous avouer que ni mon mari ni ma fille ne les ont aimés... mais ils sont TRÈS DIFFICILES).
Ingrédients pour je sais plus combien de biscuits mais pas mal quand même (argh, je n’ai pas compté)
250grs de farine sans gluten Bjorg
100grs de sucre coco (indice glycémique moins élevé qu’un sucre classique et parfum délicieux)
50grs de noix de coco bio en poudre
120grs d’huile de coco vierge bio
2 œufs bio
Préparation : Préchauffez le four à 200°C. Mélangez tous les ingrédients dans un saladier à l’aide d’une cuillère en bois. Formez des petites boules et écrasez-les à la main en forme de cookie sur une plaque nappée d’un papier sulfurisé. Enfournez pour 10 minutes max. C’est prêt !



Photographie Bastien Coulon en haut (le fameux carrot cake dont je vous donne la recette ci-dessous), photographie Géraldine Couvreur d’une "blogueuse" en action :-)


Carrot Cake sans gluten et sans lactose
Le cake à la carotte est l’un des mes gâteaux préférés. Dans cette variation, j’ai baissé les quantités de sucre. Goûtez la pâte crue avant de la mettre au four et rajoutez du sucre si vous trouvez cela nécessaire. Moi, c’est comme ça qu’il me plait. Pour ce qui est du nappage, j’ai horreur du mélange fromage à tartiner américain industriel (ça ne rentre pas dans mon frigo) + beurre + sucre glace. Du coup, j’ai fait une crème de noix de cajou, c’est trop, trop bon. Ma version est encore une fois très peu sucrée, à vous de voir combien de dattes vous souhaitez utiliser pour sucrer votre crème.
Ingrédients pour une vingtaine de gâteaux individuels (moules à muffins) ou pour un grand moule à cake
225grs de farine sans gluten de Bjorg
4 œufs bio
4 grosses carottes bio
175grs de sucre roux
250ml d’huile de tournesol bio
150grs de cerneaux de noix bio
1 cc de cannelle
½ cc de bicarbonate
½ cc de sel
1cc de levure chimique
pour la crème de noix de cajou : deux poignées de noix de cajou bio, une gousse de vanille et une datte bio.
Préparation : Préchauffez le four à 180°C. Epluchez et rappez les carottes. Hachez les cerneaux de noix (remplacez par des noisettes si vous n’aimez pas les noix). Séparez les blancs des jaunes d’œufs. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Dans un saladier, battez les jaunes avec le sucre roux puis ajoutez l’huile, puis la farine, puis la cannelle, le bicarbonate, le sel et la levure. Ajoutez au mélange les carottes et les noix. Mélangez à l’aide d’une spatule et incorporez les blancs en neige délicatement (la farine sans gluten a tendance à tasser les gâteaux, donc les blancs en neige vont aider à conserver une texture aérienne). Versez dans des moules à muffins antiadhésifs ou bien dans un moule à cake recouvert de papier sulfurisé. Si vous utilisez des moules individuels, surveillez bien la cuisson, 15 minutes devraient suffire. Sinon, dans un moule traditionnel, il faut compter 30 à 45 minutes selon votre four. La pointe du couteau vous indiquera la fin de cuisson : s’il ressort sec, c’est que c’est cuit ! Concernant la crème de cajou : faites tremper les noix de cajou dans de l’eau pendant une nuit. Perso, j’ai laissé tremper 6 heures seulement et ça a suffit. Vous verrez, les noix vont gonfler en se gorgeant d’eau. Egouttez-les et mixez-les avec un blender avec de une gousse de vanille, une datte (dont vous aurez enlevé le noyau) et un peu d’eau. Ajoutez de l’eau selon la consistance souhaitez. N’allez pas trop vite, il vous faut un mélange dense qui va tenir en guise de nappage. Mixez avec un mixeur électrique pour obtenir une texture souple. Une fois les gâteaux refroidis, nappez de crème de cajou et ajoutez un peu de déco (des noix grillés, des fleurs comestibles, des zestes d’orange, ou des fruits frais…). C’est bien meilleur qu’une buche lourdingue de noël… enfin, c’est totalement subjectif.



Photographies Bastien Coulon


Merci mille fois à Bjorg qui m’a permis d’organiser cet événement exactement comme j’en avais envie et qui a gâté les gagnantes de ce concours. Merci à Amélie, Sonia, Florence, Héloïse, Pauline, Elisabeth, Audrey, Simge et Clara d’avoir bravé le froid et la pluie dimanche matin. Merci à Astier de Villatte, mes complices de toujours, qui ont généreusement offert leur cahier imprimé culte ainsi que leur critérium adoré à chacune des gagnantes. Merci à Kaitlyn Reinhart, co fondatrice d’Otium qui s’est levée à l’aube dimanche matin pour nous préparer son chia pudding, mon préféré ever (son secret, c’est qu’elle fouette la graine de chia dans du lait de coco à froid pour obtenir une texture fluide et moins dense que lorsqu’on fait chauffer le lait !). Cette fille est un ange et si vous n’avez pas encore eu le temps d’aller chez Otium, courrez-y (56 rue de la Rochefoucauld dans le 9e à Paris). Ce lieu est mon petit paradis (enfin courrez-y mais laissez-moi une place pour y déjeuner car certains jours, c’est blindé de chez blindé et je suis obligée de renoncer à y aller… snif… les vrais problèmes ☺). Promis, je vais essayer d’organiser ce genre de rencontres en province car vous êtes nombreuses à me le réclamer. Rendez-vous en 2018 !



Photographie du chia pudding made by Otium : Géraldine Couvreur, photographie du bas : Bastien Coulon