Liste rouge

26/03/2012
Lancé en janvier dernier, le site The Red List circule déjà beaucoup dans les partages facebookiens. Pourtant, il m’avait jusqu’ici laissé indifférente. Du coup, j’ai failli passer à côté de cette plateforme culturelle de génie. Mais, la semaine dernière, alors que je cherchais des films pour illustrer un de mes articles en préparation, une amie journaliste m’a recommandée d’aller faire un tour sur The Red List en prenant le temps de m’expliquer comment ça fonctionnait. Créé par Delphine de Canecaude, directrice de création dans le domaine de la publicité et de la communication, ce site consiste à répertorier minutieusement l’art visuel sous forme de listes exhaustives. Des arborescences qu’on a envie d’explorer pendant des heures. Une petite encyclopédie évolutive – des ajouts ne cessent d’être apportés à la base existante – composée par des experts passionnés dans chaque domaine. Ainsi, on peut visualiser en quelques clics la différence entre le design américain dans les années 50 et la décoration française à la même période, relire toute l’histoire du cinéma à travers des extraits de films cultes issus de chaque décennie ou encore voir tous les créateurs de mode qui ont nourri la tendance « Jolie Madame ». Un outil indispensable, conçu pour ceux qui ont besoin d’exercer leur œil et de s’alimenter de références iconiques. Un moyen de voyager dans l’histoire de la mode, de la photographie, de la peinture, du graphisme, de l’architecture ou du design. Le site devrait d’ailleurs bientôt s’enrichir de nouvelles listes dédiées aux séries télévisées et à la bande dessinée. J’attends avec impatience une arborescence consacrée à l’histoire de la beauté, avec des sous-catégories parfum, soin et maquillage. Je souhaite bien du courage à l’experte monomaniaque qui pourrait se charger de classer toutes les images existantes dans le domaine. Le simple fait d’y penser me donne le vertige…