Lili’s Week List #4

11/10/2017


1. Le Memo Yogamini


Je vous ai déjà parlé d’Ulrika Dezé et de ses cours de yoga pour enfants (voir l’article ici). J’aime beaucoup cette prof de yoga franco-suédoise qui en racontant des histoires aux petits réussit à leur faire explorer de nombreux asanas et le pouvoir apaisant de leur propre respiration. En avril 2017, elle a lancé un tout nouveau jeu de société pour les enfants : le Memo Yogamini. J’ai mis des mois à vous en parler car je voulais le tester in situ. On l’a emporté dans les Cévennes cet été et ma fille - qui a dix ans - a adoré. Le principe est simple : chaque joueur retourne deux cartes au hasard et doit retrouver les paires cachées. Ca fait marcher la concentration car après chaque tour, on retourne à nouveau les cartes de manière à ce qu’elles ne soient pas visibles, il faut donc apprendre à se souvenir de ce qu’on vient de voir. Quand on trouve une paire, on doit imiter la posture indiquée par l’illustration et tenir jusqu’à ce que les autres joueurs aient fini de compter jusqu’à 5. Le gagnant est celui qui a trouvé le plus de paires. Evidemment, on peut jouer à tout âge - les tout petits aiment beaucoup ce jeu - et en famille. Une façon ludique d’introduire le yoga à la maison sans complexe ni règle compliquée (il faut cependant un tapis de yoga par personne). Memo Yogamini par Ulrika Dezé (illustrations de Simon Kroug) aux Editions Yogamini, 18.50€ sur Amazon et dans certaines librairies.


2. Le Gomasio Breton d’Olivier Roellinger


Si vous êtes un.e lectrice.cteur fidèle, vous savez combien j’aime Olivier Roellinger. Je parle souvent de lui depuis ma visite aux Maisons de Bricourt en 2016. Si vous n’avez pas lu mes articles dédiés à ce séjour face au Mont Saint Michel, vous pouvez les découvrir dans cette ordre : le premier, le second et le dernier. Olivier Roellinger vient de mettre au point une nouvelle recette épicée avec son fils Hugo : le gomasio breton ! A la maison, ça fait plusieurs années que je saupoudre presque tout ce que je mange de “gomasio de la mer” bio de Jean Hervé. Je ne peux plus me passer de cette saveur de sésame et d’algues qui m’éviter de saler les aliments. La version de la famille Roellinger est tout à fait surprenante : du sarrasin croustillant, des grains de sésame bien sûr, mais aussi de la coriandre et de la fleur de sel. Une pincée sur un poisson qui sort du four, un bol de riz, une salade de concombres ou des haricots verts croquants et c’est le festin assuré. Pile le genre de produit culinaire que j’adore car il ajoute du raffinement à n’importe quelle assiette. Attention, c’est beaucoup plus salé que le gomasio dont vous avez l’habitude. Et hautement addictif ! Gomasio Breton Epices Roellinger, 8.80€ les 50grs vendu en ligne.


3. Mona by My Little Paris


Je suis admirative du succès et de l’inventivité des fondatrices du site My Little Paris : Fany Péchiodat, Céline Orjubin, Anne-Flore Chapellier, Amandine Péchiodat. Elles ont le don de capter le courant d’air avec un temps d’avance. C’est elles qui ont mis au point, avant tout le monde en France, l’envoi d’une newsletter contenant des bons plans, d’abord à Paris puis dans d’autres villes de Province. Elles ont même une newsletter aux Etats-Unis depuis quelques saisons. On leur reproche souvent de cultiver trop de partenariats avec les marques. N’empêche qu’à chaque fois que je me rends dans leurs bureaux, je suis estomaquée par ce qu’elles ont réussi à construire en si peu de temps. J’ai une affection particulière pour l’une des co-fondatrices, Céline Orjubin, qui est toujours à l’affût du moindre mouvement sociétal. Une curieuse à l’appétit insatiable qui sait dénicher le talent et la branchitude avec beaucoup de douceur. A chaque fois qu’elle me met en contact avec un lieu ou une personne, c’est toujours un “perfect match” comme disent les Anglophones. C’est elle qui m’a recommandé d’aller voir The Wing à NYC. Et c’est elle qui a réussi à m’y faire entrer alors que toutes les portes étaient verrouillées. En prime, on a la même passion pour les cours de yoga kundalini où l’on se retrouve régulièrement. Le 14 octobre, elle ouvre Mona avec sa bande de flaireuses de tendances. Mona n’est pas un café mais on pourra y trouver les délicieuses pâtisseries et les boissons de Maman, le petit coffee-shop de Manhattan dont je vous ai déjà parlé sur le blog. Mona n’est pas un bureau mais on pourra venir s’y installer pour bosser et trouver un wifi de qualité. Mona n’est pas un lieu de rencontre mais on y croisera des femmes enthousiasmantes comme Perla Servan-Schreiber ou Tonie Marshall. Mona n’est pas un coach mais on y apprendra tout ce dont on a besoin pour mettre au monde un projet professionnel. Mona n’est pas un magasin de beauté mais l’espace disposera d’un atelier avec Estée Lauder pour booster l’estime de soi et son plein potentiel devant le miroir. Mona est tout ça à la fois. La programmation est impressionnante, allez voir le site, c’est fou ! N’oubliez pas de vous inscrire si un événement vous intéresse (il y aura aussi des cours de danse, de poker, des talks sur le féminisme…). Un vrai lieu dédié aux femmes et à l’entreprenariat féminin. Malheureusement, il est éphémère et fermera en janvier 2018 donc profitez-en dès cet automne. Mona, 118 rue de Turenne, Paris 3e à partir du 13 octobre 2017.


4. Bague Sasha LA2L


Je viens de passer quatre jours en Corse en retraite yoga avec Florence Dugowson, une super prof de yoga dont je vous reparlerai lorsque je vous raconterai ce séjour paradisiaque. Elle avait les mains couvertes de bagues absolument ravissantes. Je les ai d’ailleurs montrées dans mon Instastory dimanche. La plupart d’entre vous ont reconnu les bagues Dorette de Catherine Levy (rien à voir avec celles photographiées dans la sélection ci-dessus), co-fondatrice de la marque Tsé & Tsé. On trouve ces splendeurs chez Astier de Villatte rue de Tournon, chez White Bird et plein d’autres lieux en France. Une autre bague m’a intriguée sur les mains de Florence. Un oeil grand ouvert qui me fait penser au sixième chakra, ajna chakra, le point entre les sourcils derrière lequel on trouve la glande pituitaire, c’ets à dire l’hypophyse. Ce chakra, on ne cesse de l’activer dans mes cours de yoga car il clarifie la pensée et augmente l’intuition. Il permet de voir les choses telles qu’elles sont et non pas telles qu’elles paraissent être. Lorsque Florence m’a dit qu’elle avait trouvé cette petite bague réglable (une aubaine pour mes mains costaudes) dans une boutique du Haut Marais et non pas au fin fond de l’Inde, j’étais ravie. D’autant qu’elle n’est pas chère du tout ! La créatrice, Marie-Hélène Spitzer aime beaucoup les bijoux anciens où l’oeil est représenté. “Au XVIIIe et au XIXe siècles, les riches amoureux en Angleterre et en Europe s’échangeaient des bijoux rares appelés “oeil d’amour”, des peintures miniatures serties dans des broches, des médaillons, des bagues et des bracelets” dit-elle. Une inspiration dont elle s’est servie pour créer sa bague Sasha. Bague Sasha de LA2L en laiton doré à l’or fin 24 carats et patiné. Existe en émail corail et rose, 55€ la bague. En vente à la boutique LA2l, 18 rue des Commines 75003 Paris. Tel : 01 42 78 04 05. Et dans certaines boutiques.


5. Les cahiers Delfonics Paris


Je ne sais pas si vous connaissez cette papeterie d’origine japonaise nichée dans le centre commercial du Carrousel du Louvre à Paris. Cette marque a démarré son activité à la fin des années 1980 en fabriquant des agendas permanents à dater soi même. Leurs produits sont à la fois accessibles et vraiment jolis ce qui explique pourquoi on les retrouve souvent dans les sélections de cadeaux de Noël de la presse écrite. C’est d’ailleurs lorsque je travaillais pour M le magazine du Monde que j’ai découvert cette marque irrésistible. Vous connaissez peut-être déjà leurs petites trousses puisqu’en 2016, la marque Sézane a signé une collaboration remarquée avec Delfonics : une série de pochettes à petits carreaux, idéales pour ranger tout le merdier contenu dans un sac de filles. Cet automne, ils lancent de nouveaux agendas Madras super élégants (29€) et ces agendas tissés de renards, d’abeilles ou de hérissons. J’ai eu du mal à choisir un seul objet à vous montrer : tout me fait envie chez Delfonics. Agendas Manica, 29 à 47€ selon le format. En vente dans la Boutique Delfonics Paris du Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, 75001 Paris. Tel : 01 47 03 14 24.


6. Palette Pat McGrath


La semaine dernière, je suis allée découvrir la ligne de maquillage de la make-up artiste Pat McGrath dans une suite du Ritz à Paris. Ca fait des mois que je vois ses produits défiler sur Instagram mais je n’avais encore rien testé et j’étais assez impatiente de découvrir ce qui met en transe les drogués du pigment pur. En chemin, je ne m’attendais pas à être transcendée par une énième ligne de maquilleur. Je reçois tellement de produits et de dossiers de presse qui revendiquent une révolution “disruptive” qu’il m’arrive d’être un peu déçue. D’autant que les visages ultra maquillées que Pat McGrath montre sur son compte Instagram ne correspondent pas vraiment à mes envies de naturel au quotidien. J’avais oublié que cette fanatique de make-up est une maniaque de la couleur parfaite et des effets spéciaux. Je l’ai beaucoup suivie dans les backstages des défilés Dior lorsque je travaillais pour Vogue. Elle avait toujours une quantité ahurissante de pigments planqués à l’abri des photographes qu’elle mélangeait pour formuler une teinte unique. Il y a deux ou trois ans, j’ai eu l’occasion de dîner à la même table qu’elle à côté de Grace Coddington, Karen Elson, Tabitha Simmons, Craig McDean et Hamish Bowles. J’étais complètement intimidée par toutes ces légendes de la mode et je me demandais bien par quel miracle j’avais été placée à cette table. C’était magique… D’autant qu’ils étaient très gentils et me traduisaient leurs private jokes afin de m’inclure dans leurs discussions. Pat était hilarante, elle nous a fait pleurer de rire toute la soirée en imitant Liza Minnelli et Mariah Carey. Au Ritz, la semaine dernière, Pat nous a raconté qu’elle avait été très surprise il y a quelques années lorsqu’elle a pris conscience que la beauté était devenue un vrai sujet de conversation. Partout où elle allait, elle n’en revenait pas de la connaissance partagée des marques, des produits, des gestes de pro. Probablement que la presse, les blogs, les réseaux sociaux mais surtout les youtubeuses ont beaucoup participé à cet intérêt grandissant pour la cosmétique. Elle s’est dit qu’il était temps de créer la marque dont elle avait toujours rêvé. Il lui a fallu des mois de lutte acharnée avec son laboratoire pour obtenir ce qu’elle cherchait. Et croyez-moi : elle est super exigeante. Elle a commencé par des séries limitées de kits remplis de produits pour métamorphoser le regard, le tout emballé dans une pochette transparente overdosée de paillettes. Elle lance enfin en France le reste de sa collection : des rouges à lèvres mats qui tiennent hyper longtemps sans cartonner les lèvres, des crayons gel pour les lèvres et les yeux qui ne migrent pas (le crayon noir pour souligner le regard est incroyable), des textures crémeuses pour les lèvres… Mais surtout, des palettes d’ombres à paupières. Quand j’ai commencé à tester les textures au doigt, j’ai retrouvé une excitation que je n’avais pas eu avec le maquillage depuis des mois. Je n’ai jamais vu de matière plus riche en pigments. Les réflecteurs sont si fins que ça glisse tout seul sur la peau, sans pinceau, et pourtant la matière s’agrippe et ne bouge plus. Il y a quelques ombres mates, dont une qui est noir charbon, impossible à obtenir habituellement car le pigment noir assèche la formule. Là, on le pose en un clin d’oeil même si on est nullissime en maquillage. Et puis, il y a les couleurs étincelantes, un rose utilisé sur le dernier défilé Valentino, un vert incroyable, des bleus paon, des ors scarabée, des cuivres en fusion… Toutes les journalistes se sont recouverts les mains et les avant-bras de ces couleurs qui se superposent. On retrouvait un plaisir de gosse pendant que Pat nous faisait marrer en décrivant une teinte : “You just wear this one and you destroy them all”... Bon moi je n’ai envie de détruire personne :-) mais j’avoue que la palette Subversive est de loin la plus excitante que j’ai reçue depuis des mois. Ca devrait plaire aux junkies du make-up. Et aussi à toutes celles qui ont envie d’une touche métamorphique, facile à appliquer et qui tient vraiment longtemps. Un peu comme un bijou discret qui accroche parfaitement la lumière. Palette Subversive Pat McGrath Labs, $125 (elle livre en France), Kit pour les yeux Dark Star 006, 140€ sur Net-a-Porter


7. La Crème Main de Chanel


J’ai l’impression que la crème pour les mains est le nouveau baume à lèvres. Un produit qui n’est pas aussi cher qu’une crème anti-rides, moins engageant qu’un parfum, absolument indispensable pour résister au froid, à la climatisation et à tous les agresseurs du quotidien. Je suis certaine que vous avez plusieurs baumes réparateurs pour les lèvres, même si vous n’utilisez jamais de maquillage, non ? Toutes les marques en ont développé dans une palette ahurissante de teintes, de textures et de formules à la cire d’abeille, à l’huile de coco ou à la vaseline… Et bien, je parie que la crème pour les mains va prendre le même chemin que le lip balm. Avez-vous remarqué le nombre de soins pour les paumes récemment sorties ces dernières années ? Il y a d’ailleurs de plus en plus de femmes qui sortent un tube de leur sac à main dans le métro pour nourrir leurs extrémités. Le problème pour les marques : comment réussir à se distinguer au milieu des faux tubes de gouache comme ceux de L’Occitane ou d’Aesop et les tubes en plastiques à la Neutrogena ? En inventant un packaging qui ne ressemble à aucun autre. Celui-ci est signé Chanel. Sylvie Legastelois qui dessine les flacons de la maison avait envie d’un objet sensuel, aussi doux que le galet qu’elle garde sur son bureau. Un objet ovoïde qui n’est pas sans rappeler la forme du savon du N°5. Moi il me fait aussi penser à une souris d’ordinateur Apple. Lorsque je l’ai reçue en août, je me suis retenue de ne pas la photographier sur Instagram pour vous en parler au moment où elle serait enfin en vente (c’est à dire maintenant). Bon évidemment, la formule est aussi confortable que le packaging, nourrissante, pénétrant instantanément et sans laisser de film gras. Ce produit va devenir culte ! La Crème Main de Chanel, 49€ vendue en ligne