Jeunes et jolies

22/04/2016


Aujourd’hui sort le numéro Spécial Beauté de M le magazine du Monde que j’ai préparé pendant plusieurs semaines. Je l’ai découvert hier à la rédaction et j’espère vous donner envie d’aller l’acheter (il sera disponible en kiosque à Paris cet après-midi et partout en Province demain). Au menu cette fois-ci : une grosse enquête sur les adolescentes et leur rapport à la beauté, une série de photos signées du photographe Roe Ethridge, un papier sur le rachat des marques de parfums de niche par des grands groupes cosmétiques, un autre sujet sur les fragrances inspirées par la drogue ainsi qu’une multitude de petites infos à picorer dans la partie style du magazine.


L’enquête du spécial beauté de M le magazine du Monde qui sort aujourd’hui à Paris, demain en province


Il y a quelques mois, j’étais à Disneyland avec mon mari et ma fille, invitée en famille par le bureau de presse, avec des blogueuses et des youtubeurs (je sais, j’ai beaucoup de chance, mais je ne vous raconte pas cette anecdote pour la ramener avec mes privilèges, vous allez comprendre pourquoi). Pour profiter de la parade, l’équipe du service communication avait gentiment réservé un espace bien situé. Ma fille qui était absorbée par le char de la Reine des Neiges se retourne brusquement, fébrile et me dit : « Maman, y’a Cyprien derrière toi ! ». Première réaction : Qui est Cyprien ? Mon mari ajoute « il y a aussi Natoo et son mec  ». Mais de qui me parle-t-on ? Qui sont ces gens ? Etonné par mes questions, mon mari répond : « Non mais t’es journaliste et tu ne sais pas qui ils sont ? Ils ont des millions d’abonnés sur Youtube !  ». Grand moment de solitude. A part la maquilleuse Lisa Eldridge, je ne connaissais alors aucun Youtubeur. J’ai demandé à ma fille comment elle avait découvert Cyprien. L’école, les cousins, les copines… « enfin Maman, tout le monde connaît Cyprien !  » à qui elle est allée parler en lui disant qu’il la faisait « vraiment trop rire » et qu’elle adorait « son sketch sur la canicule  ». Elle a huit ans. J’ai eu l’impression de prendre vingt ans dans la tronche en quelques secondes.



Quelques photos issues de la série beauté par Roe Ethridge, stylisme de la génialissime Charlotte Collet que j’adore, make up Susie Sobol, hair Chi Wong, coordination de la série : moi 


Parallèlement à cette anecdote, j’ai récemment été frappée par le succès exponentiel de marques de maquillage qui ne font pas de publicité – Urban Decay, Too Faced, Benefit… Souvenez-vous, je vous avais parlé de ma découverte très tardive de l’efficacité hallucinante d’Urban Decay dans un post sur leur rouge à lèvres. Au fil des mois, j’ai eu envie de m’intéresser à la génération actuelle des adolescentes et en particulier à leur niveau d’expertise cosmétique. J’ai rencontré et interrogé plusieurs dizaines d’ados, en province, à Paris, en banlieue. Des filles issues de milieux très différents. Et qu’elles soient obsédées ou non par la beauté, elles ont un degré de connaissances qui m’a sidéré : les produits de make-up n’ont aucun secret pour elles et même si la plupart se maquillent peu, elles en savent bien plus que leurs propres mères. Voire même qu’une journaliste experte de ce domaine. Ce n’est pas un phénomène anodin. Il dit beaucoup sur la société actuelle et sur cette génération en particulier.



Si vous aimez le parfum, ce papier devrait vous intéresser


J’ai commencé cette enquête avec plein de préjugés et une pensée de base qui pourrait se résumer à : c’était mieux avant et les youtubeuses beauté sont débiles. Pourtant, au fil de mon enquête, de mes rencontres et de mes interviews, je me suis aperçue de deux choses. D’abord, la fragilité de cette période si difficile où l’on se sépare de l’enfance pour entrer dans l’âge adulte est intemporelle. Cette manière de cacher son visage avec une mèche de cheveux, de ronger ses ongles (même s’ils sont désormais vernis)… J’ai aussi retrouvé cette insolence de l’ado qui sait tout, indispensable pour grandir et avoir envie de faire mieux que ses propres parents. J’ai surtout découvert une génération ultra intelligente qui ne fait que se servir des outils avec lesquels elle est née. Des outils qui nous font peur et qui peuvent produire le pire. Des outils qui sont aussi capables de générer une créativité sans borne. J’ai pu longuement échangé avec Léa, la créatrice de la chaine Je Ne Suis Pas Jolie. A seulement 19 ans, sa maturité et son sens des responsabilités m’ont bluffée. Il y a évidemment à boire et à manger sur Youtube et j’ai parfois eu beaucoup de mal à supporter le visionnage de celles qui enchaînent les fautes de français du genre « la sœur à ma copine  » ou encore « si j’aurais cru » en poussant leurs abonnées à consommer non-stop… Mais quand on cherche, on trouve aussi des pépites hilarantes et des conseils pratiques très bien fichus. Bref, allez lire cette enquête et n’hésitez pas à revenir ici me dire ce que vous en avez pensé, le débat est ouvert.



D’autres papiers à découvrir dans ce numéro...


Et puis, c’est une matinée bien triste car comme vous le savez, Prince est mort hier soir. Quand on me l’a annoncé hier à la rédaction, j’ai ricané car j’ai vraiment cru que c’était un canular. Prince ne peut pas mourir. Prince, c’est Dieu. Je me suis mise à pleurer devant mon ordi lorsque la nouvelle m’a été confirmée. Ca vous semblera peut-être ridicule mais l’idée qu’il ait pu disparaître m’est insupportable. C’est comme si une partie de mon adolescence s’évaporait avec sa mort. J’ai repensé à ma meilleure amie de cette époque-là, Charlotte, qui connaissait l’album Sign O The Times, par cœur. C’était l’été 1990. On était en séjour linguistique en Angleterre, logée par des familles assez démunies dans la banlieue de Bristol. Ce vinyle nous a sauvé de l’ennui. Je la revois chanter U Got The Look en dansant sur le lit de Kimberley, la petite fille de 11 ans qui l’accueillait dans sa chambre... et ça me colle la chiale. 
Et puis, Prince c’est la libido incarnée, le viagra vivant, la promesse du nirvana. Punaise, je refuse d’en parler au passé… Bon weekend à tous !

La qualité visuelle de cette vidéo est pourrie mais ça vaut le coup d’écouter !