Stéréokids

2/06/2015


L’enfant a une attraction impressionnante pour la musique de merde. On a beau les bercer aux chefs d’œuvre, leur chanter du Ella Fitzgerald et les initier aux Beatles avec une petite guitare d’étude, ils rentrent de l’école élémentaire et vous chantent : « Sur ma route, oui, il y a eu du move, oui, de l’aventure dans l’movie, une vie de roots… ». Pire, ils fredonnent dans le bain des paroles du genre : « C’est le jour 1, celui qu’on retient, celui qui s’efface quand tu me remplaces, quand tu me retiens ». Je crois que je préférais la libérééée-délivrééée mania… Je précise qu’on n’écoute pas le genre de radio qui passe ces chansons et qu’elle ne regarde pas la télévision mais des DVDs qu’on choisit avec elle. Et quand je me vantais l’hiver dernier du fait qu’elle ne connaissait pas Violetta, elle passait en fait ses récrés à apprendre le générique de la série en phonétique espagnole. En même temps, quand j’étais en CE1, je connaissais par cœur les paroles de « Marre de cette Nana » de Patrick Bruel… A chaque génération d’enfants, sa daube dans les oreilles.



La charte graphique est signée Leslie David, évidemment


Jeunes parents, la graphiste et directrice artistique Leslie David (qui a signé, entre autres, l’identité visuelle de la marque d’Emily Weiss, Glossier) et le fondateur du label Ed Banger, Pedro Winter, ainsi que deux autres amis ont décidé de créer un événement musical pour les enfants : Stéréokids. L’idée n’est pas de bannir le mauvais goût de la vie des petits, encore moins de mépriser les comptines qu’ils respectent mais juste de proposer une alternative à Justin Bieber et Martina Stoessel. Dimanche 7 juin 2015, à la Cigale, aura lieu la première édition de Stéréokids, un concert entièrement dédié aux petits (moins de décibels, des concerts à durée réduite) avec au programme des artistes traditionnellement réservés aux adultes : Breakbot, Moodoïd, Oxmo Puccino… Je vous vois venir : est-ce que Stéréokids ne serait pas une mini secte de futurs branchés ? J’ai posé la question directement à Leslie David qui m’a répondu : « Stéréokids n’est pas un diktat du bon goût des branchés versus le reste de la planète qui ne serait que médiocrement has been. On a juste envie de proposer un autre genre de son que celui formaté par les industriels de la musique pour leurs oreilles. Evidemment, Justin Bieber, Violetta ou Selena Gomez, c’est de leur âge et loin de nous l’idée de vouloir les faire grandir trop vite. Mais il n’y a rien de mal à vouloir leur faire écouter autre chose. Les parents le font naturellement à la maison. Là, c’est une toute autre expérience puisqu’il s’agit de voir des groupes jouer en live. Ca marque les esprits. Ca crée des souvenirs. Et c’est ça qui nous motive : imaginer un événement familial, un moment de partage entre les parents, les enfants et les artistes qui sont très intimidés à l’idée de jouer devant un public aussi exigeant. »



Bon, seul problème, le concert de dimanche prochain est complet. Mais il y a déjà un Stéréokids 2 en préparation… S’il y a parmi vous des familles qui vont à la Cigale dimanche, j’aimerais bien qu’elles nous donnent leurs impressions en commentaires après le concert ? Et vous, quel genre d’artiste honteux découvert à l’école occupe encore une partie de votre mémoire ?


Stéréokids, dimanche 7 juin 2015 à la Cigale (l’après-midi, les horaires ne sont pas précisées sur le site), 10€ la place de 4 à 12 ans, 20€ la place adulte. On peut s’inscrire sur leur site à une newsletter pour être tenu au courant des prochaines sessions.