Le granola de Fanny Boucher

8/10/2014


J’ai rencontré Fanny Boucher et Sarah Stagliano grâce à Instagram. Ces deux créatrices de bijoux suivaient mes photos quotidiennes. Un jour, Fanny qui voyait que j’étais à Syracuse m’a recommandé d’aller visiter un trésor d’hôtel – pas cher et vraiment joli – qui pourrait plaire à mes lecteurs. La manière dont elle avait rédigé son message m’a plu. J’y suis allée. Et comme elle avait raison (l’article sur l’hôtel est à lire ici) ! Plus tard, à l’automne 2013, Sarah Stagliano, m’a invitée à un lancement presse qu’elles organisaient conjointement. Fanny présentait les compositions délicates de pierres indiennes et d’or pour sa marque Honorine Jewels, tandis que Sarah ouvrait ses tiroirs à trésors, dévoilant ses longs sautoirs de perles pour sa marque Henriette H. Le tout avec un buffet d’Alix Lacloche qui pestait après le four dans la cuisine. Je les ai toutes aimées immédiatement. Fanny a un parcours vraiment atypique. Alors qu’elle dépérissait en khâgne et que la philosophie avait fini par faner sa légèreté, elle décide de partir en Inde avec des copines, un sac sur le dos. Avec les cheveux défaits et l’allure d’une routarde, elle découvre le Gem Palace à Jaipur, où l’on fabrique des bijoux somptueux. « Ils nous ont dit : Pourquoi ne pas rester cet hiver ? On a besoin de filles qui parlent plusieurs langues » se souvient Fanny. Ce pari un peu fou se transforme en sept années de vie en Inde. De Jaipur à Bombay où elle rencontre son amoureux, elle devient une experte des pierres. Réinstallée à Paris, elle s’occupe de sa marque Honorine Jewels et est aussi la directrice de création d’un site génial qu’elle a fondé avec deux amis : Gemmyo. Il s’agit d’une joaillerie en ligne qui fabrique sur commande des pièces d’exception à des prix raisonnables. « On n’a pas de stock, on fabrique tout en France avec des artisans qui travaillent habituellement pour la Place Vendôme. Ca nous permet de faire baisser les coûts  » dit-elle. Contrairement aux boutiques qui en plus de payer un loyer délirant, doivent aussi investir dans leur stock de bijoux qu’elles mettront des années à écouler.

On a mis du temps à coordonner nos emplois du temps Fanny et moi. Mais je voulais absolument qu’elle partage ici sa recette de granola maison. Un secret qu’elle tient d’Alix Lacloche d’ailleurs, sa « sœur de cœur  ». Archi simple à préparer et juste délicieux !
 
Photographie Armelle Kergall
 
Ingrédients
(pas de grammage, faites tout à la louche et en goûtant et préparez quelques bocaux en verre pour stocker votre granola)
- Flocons d’avoine
- Graines de tournesol (décortiquées bien sûr)
- Graines de sésame
- Amandes
- Noisettes (décortiquées)
- Miel
- Compote de pommes
- Huile de coco
- Baies de goji
- Raisins secs
 
Photographie Armelle Kergall
 
Préparation
Préchauffez votre four à 160 degrés. Mélangez dans un saladier les flocons d’avoine, les graines et les noix (vous pouvez si vous le souhaitez ajouter tout autre type de noix). Ajoutez du miel, de la compote de pomme et de l’huile de noix de coco (que vous trouverez dans les magasins bio). « Si vous aimez le granola en gros morceaux, allez-y franco sur le miel  » dit Fanny. Etalez le mélange sur une plaque et enfournez pour 45 minutes à une heure. Il faut régulièrement retourner le mélange avec une spatule afin que tout soit harmonieusement doré. Sortez la plaque du four et ajoutez les raisins et les baies de goji (surtout pas dans le four sinon ils risquent de cramer !). Une fois que le granola est complètement refroidi, on le mélange avec le lait ou le yaourt de son choix (lait d’amande, yaourt de soja ou produits laitiers classiques si vous les digérez bien) et des fruits frais. C’est tellement bon qu’à sa dernière présentation presse, Fanny a offert aux journalistes un granola maison avec une petite pierre de citrine qu’elle a glissée à l’intérieur du bocal de verre. How chic can you get ?
 
 
Photographie Armelle Kergall