La salade healthy d’Alix Lacloche

24/02/2014

Photographie Armelle Kergall

Je rentre tout juste d’une semaine à la montagne. J’ai le cœur oxygéné, les idées fraîches et l’énergie fusante. En revanche, après une semaine de gavage en règle, à base de raclette, saucisses-frites et reblochon dégoulinant, je n’ai qu’une envie : mettre du sain et du bon à l’intérieur de mon corps. Du coup, cette recette tombe à pic. Traiteur à domicile, Alix Lacloche a appris à découper les agrumes chez le chef Alain Passard lors de son tout premier stage en cuisine. Curieuse névrotique, la jeune franco-américaine enchaîne les expériences autour du monde après avoir empoché son bac. Elle tente une école d’hôtellerie qui ne la convainc pas, part travailler dans une pâtisserie à Barcelone, fait un détour par le service communication d’Alain Ducasse et atterrit en Californie chez la pionnière du slow food  : Alice Waters chez Panisse. Finalement, c’est à San Francisco, chez Boulettes Larder, qu’elle s’amusera le plus avant de rentrer à Paris afin de se lancer en solo. J’avais évidemment entendu parler d’elle dans la presse féminine (vous l’avez peut-être également aperçue sur le plateau de la Nouvelle Edition sur Canal Plus) mais c’est à l’occasion de la présentation presse de deux créatrices de bijoux, Sarah Stagliano et Fanny Boucher, que je l’ai rencontrée pour la première fois. Elle venait de faire cramer des chips de kale à cause d’un four qu’elle ne maîtrisait pas. Je l’ai trouvée très drôle. Le reste du buffet était complètement dingue. Je me suis donc incrustée chez elle en janvier avec ma complice Armelle Kergall. A la seconde où elle nous a ouvert la porte, j’ai su que j’allais adorer cette fille. Sa cuisine est remplie d’épices venues du monde entier, de noisettes grillées attendant d’être métamorphosées en granola, de mes livres de cuisine préférés et de bocaux étranges dans lesquels on a envie de plonger le nez. Je me suis sentie chez moi, reconnaissant des objets que je collectionne et cette manière tellement sincère de répondre aux questions sans détour... Car, si Alix aime cuisiner des produits sains, elle n’est pas du tout dogmatique. La cuisine doit être un plaisir, pas une contrainte. Donc, elle fait ses courses là où elle peut, au marché ou chez ED, sans s’imposer de normes bio à chaque syllabe culinaire. Idem pour les diktats nutritionnels. C’est tellement rafraîchissant ! Allez faire un tour sur son blog, elle a posté une photo d’un paquet de « gluten pur » en suggérant à ses amis les plus radicaux d’en manger une cuillère pleine pour voir ce qui va bien pouvoir leur arriver. Alix est aussi franche que naturelle. Et cette salade, sucrée, salée, acidulée, relevée, légère et croquante lui ressemble trait pour trait.
 
Photographie Armelle Kergall
 
Ingrédients pour six personnes
- 1 citron
- 1 petit fenouil
- le cœur d’un céleri
- 1 tête de brocoli
- quelques grains de raisin muscat (parce que le violet c’est plus joli que le vert d’après Alix)
- 1 demi concombre
- 2 endives
- un peu de pain frotté avec une gousse d’ail
- quelques radis
- de la coriandre et de la menthe
- 2 filets de poulet bio
- 1 clémentine
- de la moutarde
- de l’huile d’olive, du sel et du poivre
- ainsi qu’une pincée de sumac et zaatar (des épices à dénicher dans les magasins libanais ou israéliens)
 
Photographies Armelle Kergall
 
Préparation
Commencez par pocher les filets de poulet : il suffit de porter une casserole d’eau à ébullition, d’ajouter du sel et du poivre. « Vous pouvez ajouter l’eau qui se trouve au dessus d’un yaourt et si vous avez le temps, couper une carotte et un oignon  » conseille Alix. On dépose les filets dans le bouillon pendant une dizaine de minutes. Pas trop longtemps, la viande doit rester tendre. Ensuite, Alix prend sa mandoline (indispensable d’après elle) et découpe les légumes qui ont déjà été soigneusement rincés. Sauf les brocolis qu’elle fait cuire à la vapeur et qu’elle laisse reposer (l’idéal étant de les lancer en même temps que le poulet). Quant au pain qu’elle a frotté d’une gousse d’ail, elle le passe au four pendant cinq minutes et le casse afin d’en faire une chapelure croustillante. A la toute fin, elle découpe la clémentine avec son super couteau en céramique, comme elle l’a appris à l’Arpège, c’est à dire qu’elle n’épluche pas la peau avec ses mains, elle la découpe en prenant soin de retirer aussi la fine pellicule blanche à la surface des quartiers. Il n’y a plus qu’à mélanger tous les ingrédients dans un saladier : légumes, poulet, fruits frais, brocolis cuits, coriandre, menthe. Elle prépare la vinaigrette dans un bol avec de la moutarde, le jus d’un citron, du sel, du poivre et de l’huile d’olive. Elle verse la vinaigrette sur la salade et masse l’ensemble avec ses mains. Ensuite, elle dresse les assiettes et ajoute juste la chapelure de pain aillé et les épices rapportées d’Israël. Trop bon !
 
Photographie Armelle Kergall. Sur la photo, il n’y a pas de pain, parce qu’on l’a zappé... on était trop pressées de manger cette salade !
 
Si vous souhaitez faire appel aux services d’Alix Lacloche, vous pouvez la contacter via son site internet. Il vous en coûtera 250 euros la journée pour deux personnes. Sinon, patientez un peu jusqu’au 23 avril 2014 : c’est la date de sortie de son tout premier livre de recettes aux Editions Hachette !