La coca de Delphine de Canecaude

7/01/2016


Si vous ne travaillez pas dans le milieu du luxe, de la mode ou de la communication, le nom de Delphine de Canecaude vous est peut-être inconnu. Cette mère de trois enfants est la fondatrice de l’agence de communication et de publicité Etoile Rouge, avec laquelle des marques comme Caudalie, Gucci, Monoprix, Cartier ou encore Diptyque collaborent. C’est aussi la créatrice de ma bible du net : The Red List. Ce site répertorie et classe par époque et par thème des icones, des photographes, des designers, des architectes, des cinéastes, des acteurs… Une mine d’or pour ceux qui ont besoin de références. Constamment renouvelée, la plateforme fait appel aux talents d’un escadron d’experts qui enrichissent les contenus. Je peux y passer des heures. Un genre de Pinterest avec des légendes de qualité en prime. J’ai rencontré Delphine lors d’une interview pour un article que j’écrivais dans le quotidien Le Monde sur les égéries. J’ai beaucoup aimé son franc-parler. J’y suis peu habituée dans mon milieu qui préfère le story telling aux histoires vraies. Lorsque je lui ai demandé ce qu’elle allait préparer pour Ma Récréation, elle m’a parlé d’une recette qu’elle tient de sa grand-mère espagnole : la coca. Sans le savoir, elle a fait surgir une saveur oubliée de mon enfance, car ma grand-mère pied-noir savait elle aussi la cuisiner. Elle l’avait appris avec ses copines espagnoles à Alger et même si elle ne la préparait pas comme Delphine, j’ai retrouvé une sensation extrêmement familière. Niveau calorique, il y a beau y avoir des poivrons sur la photo ci-dessous, on est plus proche de la galette des rois que du jus de légumes… Et le pire, c’est qu’une fois qu’on a mis la fourchette dans l’assiette, c’est si addictif qu’on a du mal à s’arrêter…. A table !


Photographie Armelle Kergall


Ingrédients pour une entrée ou un apéro pour 6 personnes


Pour la garniture
3 à 4 poivrons
1 boite de tomates pelées et concassées
2 à 3 gousses d’ail (vous pouvez aussi rajouter des oignons)
du sel et du poivre
de l’huile d’olive


Pour la pâte
1 verre d’eau
1 verre d’huile d’olive
de la farine de blé (à quantifier à l’œil, je vous explique ça juste en dessous)
du sel, du poivre


Photographies Armelle Kergall


Préparation


Ce qui prend le plus de temps dans cette recette, c’est de laisser mijoter les poivrons. Du coup, n’hésitez pas à préparer la garniture la veille (ou à recycler une ratatouille) afin de ne pas être débordé le soir où vous recevez. Découpez les poivrons en petits morceaux et faites les revenir avec des gousses d’ail hachées (ou pressées) dans une sauteuse avec de l’huile d’olive. Une fois que ça commence à compoter (à feu doux donc), ajoutez les tomates pelées et concassées. Surveillez et ajustez le feu afin d’éviter que le fond de la sauteuse crame. Remuez et goûtez régulièrement. Salez, poivrez. Remettez un peu d’ail si ce n’est pas à votre goût. Le signal pour savoir si c’est prêt : les tomates doivent avoir perdu leur acidité et les poivrons doivent être bien fondants. Réservez cette préparation. Dans un saladier, mélangez le verre d’eau avec l’huile et ajoutez de la farine progressivement (pour cette quantité de liquide, vous allez avoir besoin environ de 500 grammes de farine, mais c’est à vu de nez, donc, ne pesez pas ça à l’avance, ça risquerait de vous planter la recette). Lorsque vous obtiendrez une pâte malléable et homogène, arrêtez d’ajouter de la farine. Deux choix s’offrent à vous à présent. Une version « light » ou une version « porn ». La première consiste à fabriquer une tourte en étalant la moitié de la pâte dans un moule, en garnissant le fond de tarte avec les poivrons aux tomates et en recouvrant avec l’autre moitié de la pâte. N’oubliez pas de faire un trou au milieu de la tourte (et pourquoi pas quelques dessins au couteau) avant d’enfourner 45 minutes à 180 degrés. La version pornographique que Delphine a choisie est nettement plus photogénique. Mais mille fois plus grasse et compliquée à réaliser. On est maniaque ou on ne l’est pas (et croyez-moi, dans le genre perfectionniste, Delphine me bat à plate couture). Il s’agit de fabriquer des petits chaussons garnis de poivrons et de les faire frire dans une poêle remplie d’huile très chaude, cinq minutes de chaque côté. Pour faire chaque chausson, fabriquez des petits disques de pâte. Garnissez la moitié du disque avec les poivrons, repliez et soudez les bords en appuyant avec une fourchette. Laissez frire chaque côté jusqu’à ce que ce soit bien doré. Je vous conseille de servir ces chaussons avec une petite salade bien fraiche, histoire de donner l’illusion que c’est léger…


Photographie Armelle Kergall