Kaiseki

31/10/2010
C’est le parfumeur Jean-Michel Duriez qui m’a fait découvrir ce trésor du sinistre 15e arrondissement. Lui même avait été introduit par son ami pâtissier Pierre Hermé. Il m’a recommandé d’économiser mon appétit avant notre déjeuner. Effectivement, un jeûne s’impose avant un festin pareil. Après aussi d’ailleurs ! Ici, on fait confiance au Chef qui prépare une dégustation gargantuesque selon son humeur et les produits de saison. Takeushi Hisayuki ne se contente pas de réinventer la cuisine japonaise : il peint les saveurs. Un chaos coloré à première vue. Une œuvre surréaliste sophistiquée après réflexion. Chaque plat à partager concentre un nombre hallucinant de surprises gustatives : sashimi à l’huile de yuzu et à la betterave, bœuf cru à la fraise… Les puristes crient au scandale. Les esprits les plus ouverts apprécieront les prises de risque et la créativité débridée. Un voyage ruineux à réserver à l’avance par téléphone (compter 60 euros à midi, 80 euros le soir).
 
Kaiseki, 7 rue André Lefebvre (rue piétonne), Paris 15e, Tel : 01 45 54 48 60