Santa Maria Novella

27/10/2010


 

Impossible d’aller à Florence sans aller se promener au bord de l’Arno, visiter le Duomo et manger une glace en haut du Campanile. Je connais une maniaque de la mode très chapeautée qui ajouterait sans hésiter à cette liste de must-sees l’outlet Prada à l’extérieur de la ville. S’il vous reste encore un peu de temps, ne repartez pas sans faire un tour Via Della Scala, à l’Officina Profumo Farmaceutica Santa Maria Novella. L’entrée n’est pas bien indiquée mais on se repère facilement en suivant les touristes japonais qui s’y rendent en masse. On croit d’abord à un musée mais les effluves émanant des boiseries nous rappellent qu’il s’agit bien d’une apothicairerie. Fondée en 1221 par des moines dominicains, l’officine n’a été ouverte au public qu’au XVIIe siècle. On y achetait alors les plantes cultivées dans les jardins du monastère pour se soigner et des eaux de senteur, dont l’Acqua Di Regina (renommée Acqua Di Colonia) qui aurait permis de rendre à Henri IV via son épouse Marie de Médicis une odeur corporelle acceptable. Ce parfum mythique a d’ailleurs inspiré la création de celle qu’on appellera plus tard l’Eau de Cologne. Ce lieu est le plus bel espace beauté au monde. De l’herboristerie avec vue sur le cloître, aux armoires en verre où sont disposés les savons, des boîtes en carton aux étiquettes en passant par les flacons des laits pour le corps, tout donne envie de faire brûler sa carte bleue. Car hélas, le raffinement extrême a un prix et le moindre petit savon à la violette coûte une fortune. En attendant un séjour Florence, on peut trouver les produits Santa Maria Novella à Paris, chez Amin Kader.
 
12.50€ le savon, 79€ l’Acqua di Colonia chez Amin Kader, 1 rue de La Paix, Paris 2 et depuis novembre 2014 au Bon Marché à Paris, dans le 7e. Officina Profumo Farmaceutica di Santa Maria Novella, Via della Scala 16, Florence