Studio Marisol

12/03/2012
Photographies Ma Récréation
 
La fashion week parisienne vient de prendre fin et comme à chaque saison, j’ai reçu plusieurs mails de new yorkaises désespérées souhaitant savoir où envoyer leur rédactrice en chef se faire égaliser les longueurs sans prendre le risque d’être virées. Il faut dire qu’à New York comme à Londres, les salons de coiffure branchés ne manquent pas et que les « hair stylists » au goût sûr sont extrêmement nombreux. Alors qu’à Paris, on peut compter sur les doigts d’une seule main les lieux zéro défaut. D’où un nombre croissant de crises cardiaques lorsque David Mallett n’est pas disponible le matin du show Lanvin. Inauguré en décembre 2011, le salon Marisol fait à présent partie de ces happy few. Un atelier au faux air de galerie d’art ouvert par Marisol Suarez, ex-directrice artistique de Tony and Guy, formée chez Jean-Marc Maniatis. Le jour où je suis venue la rencontrer, elle était en pleine fabrication de perruques en fil de coton, teint à la main. Des petites têtes inspirées par des bonnets de bain vintage qui vont métamorphoser ses vitrines du printemps. Un travail autour du cheveu qui l’obsède depuis plusieurs années à voir le nombre de perruques hallucinantes accrochées dans le salon. D’ailleurs, je n’ai pas pu résister et j’ai essayé deux modèles. Je vous ai épargné ma tronche en rousse choucrouteuse mais vous trouverez ci-dessous une image de ma pomme en blonde couronnée de tresses. Tissés avec de vrais cheveux et quelques fibres artificielles plus légères, ces objets intriguent les passants qui entrent pour demander le nom de l’artiste exposé. Mais ce qui attire la clientèle de Marisol, en particulier ses fidèles qui lui demandaient déjà des coups de ciseaux en douce dans son précédent atelier du Canal Saint Martin, c’est sa technique irréprochable. Une coupe à sec qui respecte les mèches rebelles, l’implantation naturelle du cheveu et offre une idée réaliste de la tête qu’on aura au quotidien sans l’aide d’un coiffeur. Cerises sur le gâteau : le choix des produits Leonor Greyl dont j’ai déjà dit tout le bien que je pensais ici, la bougie Cire Trudon au parfum délicat et le gel lavant pour les mains d’Aesop dans les toilettes, gage de qualité. Je n’ai pas testé la coloration et j’attends les commentaires de ceux qui ont eu la chance de lui confier leur crinière mais si l’on se fie au blond plus-que-parfait de Marisol, on ne devrait pas avoir de mauvaise surprise. Evidemment, tout ça n’est pas donné mais c’est le prix d’une attention particulière.
 
Photographie Ma Récréation
 
Studio Marisol, 33 ter rue des Tournelles, Paris 3e, Tel : 01 44 61 18 34, de 90 à 150€ la coupe, de 350 à 15000€ la perruque. Marisol ne fabrique pas que des perruques pour les shootings mode, elle reçoit aussi les personnes malades qui ont besoin de traverser dignement les effets secondaires de leurs traitements, en les conseillant sur le choix d’une perruque sur mesure.